BFM Business

Alstom tire un trait sur les trains "made in Belfort"

Le constructeur français va "transférer" sa production de trains, supprimant ainsi quelque 400 postes à Belfort.

Le constructeur ferroviaire français Alstom a annoncé mercredi que la production de trains de son usine de Belfort serait "transférée" à Reichshoffen (Bas-Rhin) d'ici 2018, en raison d'une baisse globale des commandes.

"La charge du site de Belfort étant la plus impactée" par cette baisse, "la direction d'Alstom a partagé un projet qui vise à recentrer ses activités exclusivement sur le service", a indiqué le groupe à l'AFP, précisant que "tous les salariés recevront, s'ils le souhaitent, une proposition de transfert vers des sites d'Alstom en France d'ici 2018".

Le maire de Belfort "consterné"

"Cette annonce signifie pour nous la fermeture ni plus ni moins de Belfort", a déclaré à l'AFP Olivier Kohler, délégué CFDT du site, qui emploie selon lui "500 personnes dont 50 à la maintenance". "Alstom fait une croix sur son établissement historique, où a été fabriquée la première motrice TGV", a-t-il ajouté.

Le député-maire (LR) de Belfort, Damien Meslot, s'est dit "consterné par cette décision qui menace directement près de 400 emplois à Belfort à l'horizon de deux ans" et qui n'est selon lui "pas conforme aux engagements d'Alstom".

Y.D. avec AFP