BFM Business

Air France-KLM va payer 1,5 million d'euros d'amende

2010 et 2011 ont été des années éprouvantes pour Air France-KLM.

2010 et 2011 ont été des années éprouvantes pour Air France-KLM. - Jorge Uzon - AFP

Le gendarme de la Bourse a épinglé Air France-KLM sur un dossier de communication financière. Il lui reproche, notamment, d'avoir révélé trop tardivement des informations privilégiées.

Coup dur pour Air France-KLM. Le gendarme de la Bourse a requis, ce vendredi 19 décembre, une sanction de 1,5 million d'euros contre le groupe aérien dans un dossier relatif à la communication financière du groupe pendant son exercice 2010-2011.

Une amende de 50.000 euros pour les mêmes faits a par ailleurs été requise contre Pierre-Henri Gourgeon, patron du groupe à cette période, à l'occasion d'une séance de la commission des sanctions de l'Autorité des marchés financiers (AMF) vendredi.

Redressement spectaculaire en 2011

2010 et 2011 ont été des années éprouvantes pour le secteur aérien entre les perturbations liées au volcan islandais, en avril 2010, les intempéries, en décembre, les troubles géopolitiques dans le monde arabe et en Afrique, la catastrophe au Japon et la flambée des prix du pétrole.

Après un début d'exercice difficile en 2010, le groupe aérien avait fini sur un redressement spectaculaire en 2011 après avoir toutefois préalablement dû revoir ses objectifs à la baisse.

Les griefs du gendarme boursier portent notamment sur la présentation des objectifs de résultats de l'entreprise, sur la communication publique tardive d'une information privilégiée, selon laquelle l'objectif ne serait pas atteint.

Impact de la grève

Aujourd'hui, le groupe, s'il se porte mieux, est toujours à la peine. Air France-KLM a annoncé jeudi 18 décembre qu'il révisait une nouvelle fois à la baisse son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) sur 2014 en raison notamment de la pression sur les prix sur plusieurs marchés long-courrier.

Il s'agit du troisième avertissement sur résultats du groupe depuis le début de l'année, a concédé son directeur financier Pierre-François Riolacci lors d'une conférence téléphonique. Le groupe franco-néerlandais prévoit désormais un Ebitda compris entre 1,5 et 1,6 milliard d'euros contre une fourchette comprise entre 1,5 et 1,8 milliard précédemment.

Le secteur aérien, très concurrentiel, est confronté à des surcapacités dans certaines zones en particulier, sur l'Asie et, dans une moindre mesure, sur l'Amérique du Nord qui obligent les compagnies à contenir les prix de leurs billets, ce qui a pour effet d'émousser les recettes. Air France-KLM subit en outre de manière plus forte que prévu l'impact de la grève des pilotes d'Air France de septembre. La compagnie française avait acheté des billets à ses concurrents qui les ont facturés à un prix plus élevé qu'estimé.

D. L. avec AFP