BFM Business

Air France devrait bientôt proposer un Paris-Lyon en Boeing 787

Air France disposera bientôt de plusieurs Boeing 787.

Air France disposera bientôt de plusieurs Boeing 787. - Air France

La compagnie songe à exploiter son tout nouvel avion long-courrier sur cette ligne où le TGV domine en maître. Mais l'objectif d'Air France n'est pas de damer le pion à la SNCF.

Alors qu’Air France a accueilli en grandes pompes son premier Boeing 787, destiné à assurer la liaison Paris-Le Caire, la compagnie devrait recevoir un deuxième exemplaire en mai prochain. Et s’il est déjà acquis que ce deuxième "dreamliner" sera positionné sur la ligne Paris-Montréal, Air France pourrait en profiter pour "placer" un aller-retour Paris- Lyon entre deux trajets, rapporte La Tribune. Cette liaison concurrencera ainsi frontalement le TGV, ultra-dominateur sur cette ligne.

Mais l'objectif n'est pas de damer le pion à la SNCF. Il s'agit à la fois de rationaliser l’utilisation de sa flotte, qui vole "15% de moins que celle de KLM", rappelle le site économique tout en accélérant la formation des équipages sur cet avion ultra-moderne qui vient de faire son entrée dans la flotte d'Air France.

Un Paris-Londres dès février

Ce Boeing 787 effectuera donc un aller-retour entre Roissy CDG et Lyon Saint-Exupéry entre deux rotations vers Montréal. Suivant le même principe, une liaison entre Paris et Londres sera d’ailleurs ouverte dès le mois de février, sur laquelle volera l'autre 787 d’Air France. Les passagers voyageant en classe affaire et utilisant ce vol en pré-acheminement vers une destination intercontinentale bénéficieront ainsi du confort de la dernière génération de la cabine business "long courrier" d'Air France. Une première sur un vol domestique.

La compagnie a prévu de faire voler dix Boeing 787 ou "Dreamliner", à l’horizon 2019. Cet avion qui peut transporter à très long rayon d'action a pour avantage une plus faible consommation de carburant, mais est également réputé être moins bruyant et plus écologique avec des émissions de CO2 inférieures de 20% par rapport aux avions des générations précédentes.

Y.D.