BFM Business

Air France dévoile sa nouvelle classe affaires

Une partie des Boeing 777 d'Air-France seront réaménagés dès cet été pour offrir une business class dernier cri.

Une partie des Boeing 777 d'Air-France seront réaménagés dès cet été pour offrir une business class dernier cri. - -

La compagnie aérienne présente ce 4 février le nouveau siège qui va équiper les cabines business dès cet été. L'occasion pour Air France d'essayer de rattraper son retard par rapport aux compagnies du Golfe et asiatique sur ce segment très rémunérateur.

Air France se met au niveau des meilleures. La compagnie aérienne présente ce 4 février le nouveau siège qui va équiper ses classes affaires sur les longs courriers. Son atout ? il se transformera en véritable lit.

Plus globalement, c'est toutes les cabines "business" de 44 Boeing 777 qui vont complètement changer dès cet été. Finies les rangées de 6 places, les fauteuils seront installés en épis. Résultat, chaque passager pourra accéder au couloir sans déranger son voisin. Un aménagement identique à celui d'une compagnie comme Emirates.

La compagnie va investir plus de 600 millions d'euros sur trois ans pour parvenir à sa montée en gamme et enfin rivaliser avec les compagnies du Golfe et d'Asie.

S'adapter à la saisonnalité

Air France profite de ce réaménagement pour adapter son offre à la demande. Le nombre de voyageurs "affaires" est en baisse, chaque business comprendra donc moins de sièges.

Cette réorganisation est aussi l'occasion pour Air France d'opter pour le "quick change". En clair, il s'agit de pouvoir réduire la classe affaire pour rajouter des fauteuils éco. Une manière de répondre aux besoins saisonniers.

Par exemple l'été, il y a moins de voyages d'affaires tandis que le demande pour les vacanciers est à son maximum. Pour Air France cette technique va permettre d'optimiser au maximum le remplissage de ses avions selon les saisons. La compagnie aérienne espère vendre avec ce système un millier de places supplémentaires quotidiennes, pendant la période estivale.

Mathieu Sévin avec BFMbusiness.com