BFM Business

Air France crée une nouvelle compagnie adaptée à "l'hyper concurrence" 

Cette nouvelle compagnie devrait démarrer à l'hiver 2017 sur le moyen-courrier et à l'été 2018 sur le long-courrier. Elle permettra de lutter contre ses concurrentes du Golfe et les transporteurs à bas coûts européens.

Le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, qui avait piloté sa douloureuse restructuration, a été remplacé mercredi par un duo chargé de mettre en œuvre un nouveau plan stratégique. Pour "resserrer la chaîne de décisions", la compagnie française passe sous le contrôle direct de Jean-Marc Janaillac, patron de la maison-mère Air France-KLM et désormais également président d'Air France. Arrivé en juillet, il s'appuiera au quotidien sur un pur produit du groupe, Franck Terner, nommé directeur général de la compagnie hexagonale. Jean-Marc Janaillac a travaillé tout l'été sur son plan stratégique, "Trust Together".

Ce plan - officiellement dévoilé ce jeudi - prévoit notamment la création d'une nouvelle compagnie pour répondre à une "hyper concurrence". Cette nouvelle compagnie, qui devrait démarrer à l'hiver 2017 sur le moyen-courrier et à l'été 2018 sur le long-courrier, ne sera pas une low cost et sera positionnée "sur des lignes structurellement déficitaires ou fermées au cours des dernières années", selon le groupe, confirmant ainsi des informations de sources proches du dossier. Elle devrait permettre de lutter contre ses concurrentes du Golfe et les transporteurs à bas coûts européens. 

"Elle s'appuiera sur des pilotes d'Air France volontaires, avec des règles d'utilisation et de rémunération adaptées" et un personnel navigant commercial (PNC) recruté en externe, afin de se mettre "au niveau de coûts du marché", précise la direction dans un message aux salariés.

"Pas de nouveaux plans de départs"

Face à l'annonce de cette nouvelle compagnie, les réactions des syndicats ont été mitigés. Le SNPL, le plus important syndicat de pilotes du groupe a plutôt bien accueilli la nouvelle. À l'inverse, le personnel navigant commercial a, via l'Unac, exprimé de vives craintes, redoutant que les personnels de cabines soient "les grands perdants de ce projet". 

Face aux inquiétudes, Jean-Marc Janaillac assure dans une interview aux Échos que les PNC d'Air France ne "seront pas pas impactés par la création de la nouvelle compagnie puisque nous recruterons à l'extérieur". 

Il assure au passage qu'il n'y aura pas "de nouveau plan de départs puisque nous avons calibré ces recrutements sur la courbe des départs à la retraite". 

Chiffre d'affaires de 28 milliards d'euros

La mise en oeuvre du nouveau plan stratégique, "Trust together", doit permettre d'atteindre en 2020 un chiffre d'affaires d'environ 28 milliards d'euros pour 100 millions de passagers transportés.

Celui-ci "appliquera par ailleurs une stricte discipline des dépenses d'investissement, en visant chaque année un free cash-flow positif avant cession et en maîtrisant ses investissements", a-t-il précisé dans un communiqué, ajoutant que "pour 2017 et 2018, le niveau d'investissements prévu est compris entre 1,7 et 2,2 milliards d'euros par an".

D. L. avec AFP