BFM Business

À New-York, le service de ferries à prix subventionnés fait un carton

La traversée en ferry coûte 2,75 dollars (2,30 euros), comme un voyage en métro ou en bus à New-York.

La traversée en ferry coûte 2,75 dollars (2,30 euros), comme un voyage en métro ou en bus à New-York. - Don Emmert-AFP

Les ferries traversant l'East River pour relier des quartiers de Brooklyn et du Queens à Manhattan, lancés en mai 2017, avec de généreuses subventions tarifaires de la mairie, ont séduit 3,7 millions de passagers en un an.

Alors que Paris réfléchit encore à des "taxis-bateaux volants" surfant sur la Seine, un nouveau mode de transport urbain fluvial fait un carton à New-York. Des ferries font tous les jours la traversée de l'East River qui sépare la presqu'île de Manhattan, des quartiers situés à l'Est et ce, grâce à des subventions publiques. Le service de ferry reliant des quartiers de Brooklyn et du Queens à Manhattan, lancé en mai 2017 avec un généreux financement de la mairie, pulvérise les prévisions de fréquentation. La traversée coûte 2,75 dollars (2,30 euros), comme un voyage en métro ou en bus. Ces bateaux flambant neufs, tous dotés d'un bar, sont plébiscités par des New-Yorkais lassés de la vétusté du métro de plus en plus criante.

Les chiffres de fréquentation reflètent cet engouement: sur les quatre liaisons déjà ouvertes -deux autres sont prévues d'ici la fin de l'été, avec le Bronx et le quartier de Lower East Side-, la mairie de la ville a enregistré quelque 3,7 millions de passagers en un an. Elle estime désormais que le trafic pourrait atteindre neuf millions de passagers d'ici 2023, soit le double des prévisions initiales.

Le maire de New York veut renforcer le service de ferry

Le maire, Bill de Blasio, vient du coup d'annoncer une enveloppe de 300 millions de dollars (250 millions d'euros) sur cinq ans pour étendre le service, en augmentant notamment le nombre de bateaux et leur capacité.

Pour Roland Lewis, président de l'association Waterfront Alliance qui a milité pendant des années pour ce service, le succès tient à plusieurs facteurs: "Les bateaux sont neufs, le prix est juste et la fréquence entre les ferries est raisonnable". "Cela a vraiment changé la vie des gens", dit-il. "Des centaines de milliers de personnes voient pour la première fois leur ville natale depuis l'eau!", se réjouit-il. Lorsqu'ils se plaignent de ces ferries, c'est surtout pour dénoncer les revers de leur popularité: longue attente aux heures de pointe et fréquences insuffisantes (toutes les 25 minutes en semaine, chaque heure le week-end).

La subvention de la mairie atteint 6,60 dollars par billet

Car la capitale financière américaine a beau être composée de plusieurs îles, ses berges étaient sous-utilisées jusqu'ici: beaucoup de quartiers proches de l'eau, autrefois industriels, avaient du mal à trouver un second souffle, explique-t-on à l'Economic Development Corporation, organisation dédiée au développement économique de cette métropole de 8,5 millions d'habitants. Grâce notamment aux ferries, ces quartiers sont "revitalisés", souligne Roland Lewis, même si cela s'accompagne aussi d'une hausse des loyers.

Reste à savoir combien de temps la mairie pourra maintenir les subventions qui sont estimées aujourd'hui à 6,60 dollars (5,50 euros) par billet, soit plus du double du prix acquitté par chaque passager. Certains l'accusent aussi de privilégier ce mode de transport au détriment de la modernisation des bus et du métro, qui desservent de nombreux quartiers défavorisés inaccessibles par ferry.

F.B avec AFP