BFM Business

Zuckerberg: Facebook va renforcer ses investissements dans l'intelligence artificielle en France

Emmanuel Macron et Mark Zuckerberg à l'Élysée ce mercredi.

Emmanuel Macron et Mark Zuckerberg à l'Élysée ce mercredi. - Christophe Petit Tesson / POOL / AFP

Le patron du réseau social, reçu à l'Élysée ce mercredi, s'est ensuite rendu au siège français du groupe. Il a annoncé des investissements supplémentaires pour le laboratoire de recherche en intelligence artificielle: Facebook AI Research.

Trois ans après avoir installé à Paris son principal laboratoire de recherche sur l'intelligence artificielle, Facebook va renforcer ses investissements en France consacrés à ce secteur, a annoncé mercredi son patron Mark Zuckerberg au siège parisien de Facebook France.

Facebook AI Research a promis de financer 48 bourses et 8 thèses consacrées à l'intelligence artificielle dans 4 universités françaises, soit le double de celles annoncées en janvier 2018 dans le cadre d'une première enveloppe de 10 millions d'euros.

Facebook a également doublé le nombre de serveurs - au nombre de 20 désormais - qui seront offerts à des instituts de recherche français d'ici 2022. Enfin, le groupe a lancé un appel à projets destiné à des laboratoires et des associations, qui devront présenter des projets conjoints "d'intérêt général". 

"Faire de la France un pays leader en intelligence artificielle"

Le patron du réseau social Mark Zuckerberg était reçu mercredi midi à l'Elysée par Emmanuel Macron, avec une soixantaine de dirigeants et acteurs de la high-tech mondiale. Le président français leur a demandé de s'engager en faveur des "biens communs" comme la situation sociale, l'environnement et la lutte contre les inégalités.

La France est également l'un des moteurs des discussions à Bruxelles pour demander davantage de taxes aux géants du numérique, souvent critiqués pour leur politique commerciale jugée abusive ou leurs pratiques d'évasion fiscale.

Présente mercredi au siège de Facebook France, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal a souligné que "cet investissement s'inscrit dans l'ambition nationale de faire de la France un pays leader en intelligence artificielle sur la scène mondiale, mais contribue également à faire avancer l'ensemble de la société en mettant ces développements au service du secteur associatif".

Lancé en 2015, le laboratoire "Facebook AI Research Paris", présidé par le jeune chercheur (ex-CNRS) Antoine Bordes, compte désormais 50 chercheurs, ingénieurs et doctorants.

J.-C.C. avec AFP