BFM Business

Youku Tudou, le Youtube version chinoise

Youku, plateforme de vidéos en ligne, rencontre un succès important en Chine, qui souhaite attirer des investisseurs sur son marché internet.

Youku, plateforme de vidéos en ligne, rencontre un succès important en Chine, qui souhaite attirer des investisseurs sur son marché internet. - -

Pékin veut attirer des investisseurs, en particulier français sur son marché internet qui se développe à grands pas. Retour sur l’un des grands succès du web chinois : Youku, site de vidéos en ligne.

Les géants chinois du web se sont réunis à Paris, jeudi 28 et vendredi 29 mars, à l'occasion de China Connect, un forum à destination des marques françaises. L'enjeu était de donner les clés nécessaires pour aller investir et se faire connaître sur le web chinois. Parmi les stars du secteur : Youku Tudou, un site de partage de vidéos très populaire, créé en 2006.

Si tout n'était pas écrit en mandarin, on pourrait se croire sur Youtube. Avec des listes de vidéos à perte de vue et un petit logo en haut à gauche qui indique "Youku", la comparaison est facile.

Mais elle ne plait pas du tout au fondateur du site pour qui cela revient à mélanger les torchons et les serviettes. "On ne peut pas faire sérieusement du business à partir de vidéos de chats", disait-il récemment, en faisant allusion aux montagnes d'images farfelues qu'on trouve sur Youtube.

Un web dans le web

Le modèle de Youku est un peu différent. Le site achète et diffuse des contenus professionnels: des programmes télés, et même les droits de certains matchs de la dernière coupe du monde de football. Résultat: 260 millions d'utilisateurs par mois, qui passent en moyenne une heure par jour sur le site.

Youku revendique 50% de part de marché en Chine, où Youtube est bloqué. Il représente une pépite dans un écosystème gigantesque, un web dans le web. La Chine a son propre Facebook, baptisé Renren, son propre Twitter, baptisé Weibo, et même son propre Google, Baidu. Le pays compte à lui seul un quart des internautes mondiaux.

Anthony Morel