BFM Business

YouTube sous le feu des critiques à cause de ses vidéos pour enfants

YouTube a promis de renforcer la vigilance (photo d'illustration)

YouTube a promis de renforcer la vigilance (photo d'illustration) - Esther Vargas - Flickr - CC

Aux États-Unis, le site de vidéos en ligne est critiqué après la publication de plusieurs enquêtes montrant que des vidéos destinées aux enfants présentaient des contenus inappropriés.

Internet n'est pas fait pour qu'un enfant y surfe innocemment. YouTube avait donc jugé bon de créer en février 2015 YouTube Kids, une plateforme dont les contenus sont censés être visibles par toute la famille grâce aux algorithmes mis en place par la filiale de Google.

Las, la plus grande vidéothèque du monde fait face à de violentes critiques outre-Atlantique à la suite de plusieurs enquêtes montrant que des vidéos à destination des enfants étaient parfois complètement inappropriées. Et bien présentes sur YouTube Kids.

Des parents choqués ont, sur les réseaux sociaux, donné quelques exemples de ces vidéos quelque peu dérangeantes et visualisées par leurs bambins. Du genre "Spiderman doit faire pipi dans le bain d'Elsa (l'héroïne de la Reine des neiges)", des personnages de Nickelodeon Jr dans un strip club ou encore diverses vidéos mettant en scène Mickey et Minnie dans des aventures plutôt salaces. Plus proche de nous, le site Franceinfo s'était amusé à trouver des vidéos de T'choupi pour le moins inappropriées sur YouTube Kids. Par exemple, une vidéo où le "Doudou" de T'choupi est rebaptisé Mamadou, a une érection, traite T'choupi de "petite bite", ce dernier trouvant par ailleurs un vibromasseur dans son cartable…

La mitraillette d'Elsa

"Mettez en fait n'importe quel contenu en ligne avec les bons mots-clés et votre contenu inapproprié peut atterrir devant les yeux des gamins", écrivait Mashable, expliquant que la manœuvre marchait d'autant plus facilement si l'utilisateur avait déjà publié d'autres vidéos destinées aux enfants. Le site américain rapporte ainsi l'exemple d'une vidéo mettant Elsa (encore elle) en scène avec des héros Marvel. Tout va bien pendant plusieurs minutes jusqu'à ce que la reine des neiges et ses amis prennent des armes et mitraillent tout ce qui bouge.

Le cas de "Toy Freak" est plus particulièrement déroutant. Plusieurs vidéos de cette chaîne qui comptait 8,5 millions d'abonnés étaient présentes sur YouTube Kids. Dans les vidéos, un père de famille mettait en scène ses deux filles, Victoria et Annabelle. Si certaines étaient inoffensives, d'autres semblaient montrer des faits évidents de maltraitance. Notamment une où les deux filles étaient confrontées à des serpents vivants. Plusieurs parents ont signalé ces vidéos. Si bien que YouTube a fermé ce compte le 17 novembre dernier.

Entre temps, plusieurs entreprises ont arrêté leurs campagnes publicitaires sur YouTube, mécontentes de voir leurs spots associés aux vidéos de Toy Freak, comme Yamaha Music ou Dropbox, rapporte The Times.

Des commentaires dérangeants

Le 4 novembre dernier, Malik Ducard, responsable des contenus familiaux et pédagogiques de YouTube, affirmait au New York Times que les contenus inappropriés étaient "l'aiguille dans la botte de foin". Selon le Times, à la suite de la suppression de la chaîne Toy Freak, YouTube a néanmoins affirmé qu'il allait conduire un audit avec des experts pour éviter d'autres impairs.

Aux Échos, la filiale de Google explique par ailleurs avoir décidé de soumettre à la limite d'âge (18 ans) les parodies de dessins animés, les excluant de facto de YouTube Kids. Elle assure également avoir "renforcé l'application de ses politiques contre la mise en danger des mineurs et retiré désormais les contenus impliquant des mineurs lorsque nous recevons des signaux inquiétants".

Mais au-delà des vidéos elles-mêmes, The Verge a signalé un autre problème difficile à combattre: la présence, sur des vidéos pour enfants, de commentaires dérangeants. The Verge citait le cas d'une vidéo où deux petites filles âgées de neuf ans faisaient de la gymnastique. Dans les commentaires, un utilisateur réclamait que tous ceux ayant une érection mettent des "Like", alors qu'un autre proposait de partager d'autres vidéos de ce genre. YouTube a retiré cette vidéo. Mais il est difficile pour le site d'obliger tous les utilisateurs mettant en ligne des vidéos à désactiver les commentaires ou à rendre le contenu privé, d'autant plus quand ces vidéos sont parfois postées par les enfants eux-mêmes.

J.M.