BFM Business

Un smartphone conçu par un groupe français va équiper les contrôleurs de la SNCF

Crosscall

Crosscall - -

Crosscall, un petit acteur français spécialisé dans la conception de terminaux durcis à destination des sportifs, a été choisi par la SNCF pour équiper ses contrôleurs.

Si la SNCF équipe depuis déjà longtemps ses contrôleurs de smartphones, historiquement, ce sont des géants mondiaux comme Samsung qui remportaient les appels d'offres. Mais pour équiper 21.000 contrôleurs de certaines lignes TGV, Intercités et TER, le transporteur a créé la surprise en choisissant un petit acteur français, Crosscall, selon des informations du Figaro confirmées par l'AFP.

Crosscall, fondé il y a dix ans à Aix-en-Provence, s'est spécialisé dans la conception de smartphones 'outdoor' et durcis (c'est-à-dire résistant aux chutes, aux projections d'eau ou de poussières) dédiés aux pratiquants de sports extrêmes ou encore aux professionnels travaillant en "environnements hostiles" comme dans le bâtiment. 

La durabilité des terminaux ainsi que leur autonomie (un point crucial étant donné l'utilisation intensive qui est faite) semblent avoir pesé dans le choix de la SNCF. "Notre taux de retour SAV ne dépasse pas les 3,4%, alors que le marché en général est sur une proportion très supérieure", souligne le fabricant.

500.000 smartphones vendus

Au cours de son dernier exercice fiscal 2018-2019 (clos le 31 mars dernier), Crosscall a vendu 500.000 terminaux (conçus en France et fabriqués en Chine) pour un chiffre d'affaires de 71,6 millions d'euros en progression de 40% sur un an, comme le détaillait un communiqué du groupe en juillet dernier. Présente dans 15 pays, la marque vise également une expansion vers les pays d’Afrique.

C'est évidemment très loin des leaders mondiaux du secteur mais la marque s'est fait un nom et multiplie d'ailleurs les contrats B2B (à destination des entreprises), notamment avec Vinci, Eiffage, Swissport ou encore Toupargel. Il est d'ailleurs un des seuls acteurs français dans le smartphone durci encore actif.

"Pour se démarquer des géants de la téléphonie, Crosscall capitalise sur son ADN et sa capacité d’innovation en concevant différents produits capables de correspondre durablement à tous les corps de métier et à toutes les utilisations. Nos flottes sont également vendues avec des solutions évolutives de gestion du type Mobile Device Management", précise le groupe.

Un contrat de 3 ans

Ce contrat de 3 ans évalué à environ 8 millions d'euros avec le transporteur public devrait lui permettre d'accélérer dans la cible entreprise qui représentera désormais plus de la moitié de son activité. Les appareils concernés sont des Trekker-X4, le modèle haut de gamme de la marque.

La société s'était renforcée avec l'arrivée de David Eberlé en tant que vice-président en 2016. Ancien patron de Samsung France, il avait notamment oeuvré pour que la marque coréenne se fasse une place au sein des entreprises françaises.

Olivier Chicheportiche