BFM Business

Un drone autonome alerte et secourt les surfeurs en cas d'attaque de requin

Ces drones utilisent les technologies pour identifier différents objets dans la mer: intelligence artificielle, milliers d'images et algorithme.

Ces drones utilisent les technologies pour identifier différents objets dans la mer: intelligence artificielle, milliers d'images et algorithme. - Patrice Lapoirie - AFP

Les plages australiennes sont survolées par des drones pour alerter et secourir les surfeurs en cas d'attaque de requin. Les aéronefs sont dotés d'une intelligence artificielle et ne nécessitent donc pas d'intervention humaine.

Des drones de surveillance survolent les plages australiennes en cet été austral. Loin des simples aéronefs équipés de caméras, ces drones sont dotés d'une intelligence artificielle capable d'identifier ce qui navigue et ce qui nage. Leur mission: repérer les requins et fournir aux nageurs et aux surfeurs des équipements de secours plus rapidement que ne le feraient des sauveteurs en chair et en os.

"Nous pouvons identifier 16 objets différents, comme les requins, les baleines, les dauphins, divers types de bateaux et plein d'autres choses intéressantes", explique Nabin Sharma, concepteur de logiciels à l'Université technologique de Sydney. Et en cas de danger, les nageurs et surfeurs sont alertés en temps réel ce qui leur donne le temps de rentrer sur la plage", poursuit cet ingénieur.

Un taux de réussite de 90%, contre 16% à l'œil nu

Les drones utilisent les technologies dernier cri pour identifier les différentes formes dans la mer: de l'intelligence artificielle, des milliers d'images et un algorithme. Le logiciel peut faire la distinction entre les différents habitants de la mer comme les requins, qu'il identifie avec un taux de réussite de 90%, contre 16% à l'œil nu. "Parfois, on ne voit pas par delà les vagues alors le drone est un élément de sécurité en plus", explique la présidente du Bilgola Surf Lifesaving Club, Romilly Madew.

Les clubs de secours pour les surfeurs sont des institutions sur les côtes australiennes, où vit la majorité de la population. Les secouristes surveillent la mer à l'œil nu et en cas de danger, ils partent au secours de la personne à bord de canots pneumatiques ou de planches.

Une alternatives aux filets anti-requins

Quand des centaines de nageurs se sont rassemblés récemment pour une course de natation sur la plage de Bilgola près de Sydney, ils savaient qu'ils ne risquaient pas de rencontrer des squales.

"C'est vraiment géant", a déclaré Ali Smith, concurrente de 20 ans. "C'est cool de voir rassemblées la technologie et la natation. Nous espérons que davantage de gens vont se sentir en sécurité et participer". Certaines plages australiennes sont équipées de filets anti-requins mais ils ne garantissent pas totalement la sécurité, tout en provoquant d'importants dégâts sur la faune marine, selon une étude gouvernementale publiée cette semaine qui appelle à leur disparition progressive.

Il y a eu plusieurs attaques de squales cette année. D'après les spécialistes, les incidents sont en augmentation à cause de la popularité croissante des sports nautiques et car certaines catégories de poissons se rapprochent des plages. Mais les attaques mortelles sont rares, 47 au cours des 50 dernières années.

P.S. avec AFP