BFM Business

Tinder, Meetic et OkCupid veulent secouer la Bourse de New York

Selon le patrons de The Match Group, ses différents services (Tinder, Meetic, OKCupid...) lui permettrait d'atteindre plus de 500 millions de personnes.

Selon le patrons de The Match Group, ses différents services (Tinder, Meetic, OKCupid...) lui permettrait d'atteindre plus de 500 millions de personnes. - Tinder

The Match Group, propriétaire américain de services de rencontres en ligne comme Meetic, OkCupid et Tinder a annoncé son intention d’entrer au Nasdaq. Il compte sur une levée de 100 millions de dollars.

Si peu de gens savent ce qu'est The Match Group, beaucoup connaissent ses filiales comme Tinder et Meetic, mais aussi Match ou OKcupid. Fort de ce succès auprès des internautes, le groupe veut désormais séduire un public sensible à d'autres charmes : les investisseurs du Nasdaq.

D'après le document publié sur le site du gendarme boursier américain SEC, The Match Group sera coté sur la plateforme électronique new-yorkaise sous le symbole "MTCH", à une date qui n’a pas été communiquée. Le nombre d'actions et leur prix unitaire n'ont pas encore été fixés. Le seul élément fourni est l’ambition de lever jusqu'à 100 millions de dollars.

Une partie des recettes de l'opération sera reversée au groupe InterActiveCorp (IAC) du milliardaire américain Barry Diller, dont The Match Group est actuellement une filiale à 100%.

Augmenter la "connectivité romantique"

"Notre mission est d'augmenter la connectivité romantique dans le monde", a indiqué la société dans son projet, où elle détaille avoir un portefeuille de 45 marques, avec des sites qui opèrent en 38 langues et dans plus de 190 pays.

Parmi eux Match, Meetic et OkCupid, mais aussi l'actif très en vue Tinder, l’application de rencontre basée sur la géolocalisation des utilisateurs.

Le groupe vient aussi de mettre 575 millions de dollars sur la table pour racheter Plentyoffish, le site de rencontres canadien qui, avec 90 millions d'abonnés, revendique la première place mondiale du secteur. La transaction devrait être bouclée d'ici la fin de l'année.

Au-delà des rencontres, The Match Group s'est engagé dans d'autres activités. Dans l’éducation, "The Princeton Review" propose des services pour la préparation aux examens, le soutien scolaire et le conseil pour les admissions universitaires.

Un marché potentiel de 511 millions d'adultes

Avec tous ces services, The Match Group revendiquait 59 millions d'utilisateurs actifs à fin septembre 2015 (hors Plentyoffish dont le rachat n'est pas encore finalisé). Mais ce n'est qu'un début. Le groupe estime que ce marché est évalué à plus de 500 millions de personnes "qui ne sont pas engagées dans une relation sérieuse en Amérique du Nord, en Europe occidentale et d'autres pays sélectionnés autour du monde".

En 2014, son chiffre d'affaires a atteint 888 millions de dollars (+11%). Sa croissance semble être en pleine accélération puisqu'il a déjà atteint 484 millions lors des six premiers mois de l'année (soit 15% de mieux que sur la même période un an plus tôt).

Environ un tiers des revenus, provenant pour l'essentiel des 4,7 millions d'utilisateurs payants, et en plus petite partie des recettes publicitaires, est réalisé à l'international.

P.S. avec AFP