BFM Business

Shocking! Après le Brexit, le passeport britannique sera Made in France 

Gemalto a remporté le contrat estimé à 490 millions de
livres (environ 560 millions d'euros) pour fabriquer le futur passeport britannique.

Gemalto a remporté le contrat estimé à 490 millions de livres (environ 560 millions d'euros) pour fabriquer le futur passeport britannique. - NIKLAS HALLE'N-AFP

Alors que le retour au passeport bleu foncé symbolisait le futur divorce du Royaume-Uni et de l'UE, le nouveau document d'identité sera fabriqué par Gemalto, préféré à un industriel britannique. Un choix qui suscite des remous chez les partisans du Brexit.

Un symbole du Brexit bientôt aux mains des Français? Les citoyens britanniques doivent bientôt troquer les passeports rouges de l'Union européenne pour retrouver les passeports bleus qui furent émis au Royaume-Uni jusqu'en 1988. Des documents officiels qui seront fabriqués par Gemalto, industriel français de la sécurité numérique.

Alors que les passeports actuels sont fabriqués par l'industriel britannique De La Rue dans le nord de l'Angleterre. Le contrat en cours, d'un montant de 400 millions de livres sterling (environ 460 millions d'euros) s'achève en juillet 2019.

"Je vais devoir aller voir ces employés et essayer de leur expliquer pourquoi le gouvernement britannique pense qu'acheter des passeports français et non des passeports britanniques est une décision raisonnable", a expliqué Martin Sutherland, patron de De La Rue, sur l'antenne de la BBC.

-
- © Le retour au passeport bleu a été décidé en novembre 2017 par le gouvernement de Theresa May. AFP Photo-UK Passport Office

"Je voudrais inviter Theresa May ou la ministre de l'Intérieur Amber Rudd à venir dans mon usine pour qu'elles expliquent à mes employés dévoués en quoi c'est une décision raisonnable de fabriquer des documents britanniques à l'étranger", a-t-il ajouté.

Gemalto a gagné un contrat de 560 millions d'euros

Pour l'industriel français de la sécurité numérique Gemalto, la fabrication des passeports post-Brexit, représente un contrat d'une valeur estimée à 490 millions de livres sterling (environ 560 millions d'euros). Le fait que Gemalto soit en passe d'être racheté par l'équipementier Thales, bien implanté au Royaume-Uni, ne tempère guère le ressentiment des partisans du Brexit à l'égard de la décision prise sur le passeport.

Unite, principale organisation syndicale de Grande-Bretagne, a critiqué cette décision du gouvernement britannique. "Cela ne se serait pas arrivé en France pour des raisons de sécurité nationale et cela ne devrait pas se produire au Royaume-Uni", a commenté Louisa Bull, déléguée nationale de l'organisation.

Le retour au passeport bleu foncé, symbole du Brexit

"Le gouvernement doit revenir sur cette décision et commencer à soutenir les entreprises et les employés britanniques par une politique d'acquisition et une stratégie industrielle qui ne soit pas un simple slogan", a-t-elle ajouté.

Lorsque Theresa May avait annoncé en décembre 2017 le retour du passeport bleue foncé, elle avait vu dans ce changement "une expression de l'indépendance et de la souveraineté" de la Grande-Bretagne.

Enfonçant le clou, l'ancienne secrétaire d'État au Développement international Priti Patel s'est exprimée vertement dans le tabloïd The Sun: "Confier la tâche aux Français est tout simplement étonnant. C'est une humiliation nationale. J'invite urgemment Amber Rudd et le gouvernement à utiliser les pouvoirs dont ils disposent pour voir ce qu'ils peuvent faire".

Frédéric Bergé