BFM Business

SFR: Vivendi va enfin choisir après la surenchère de Bouygues

Le conseil de surveillance de Vivendi pourrait donner un mandat de négociations exclusives

Le conseil de surveillance de Vivendi pourrait donner un mandat de négociations exclusives - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le conseil de surveillance de Vivendi doit examiner vendredi 14 mars les offres de reprise de SFR par Bouygues et Numéricable. Mais selon les informations de BFM Business, dès ce jeudi, un comité ad hoc doit se pencher sur ces offres.

Dans ce feuilleton façon Dallas qu'est devenu le rachat de SFR, pas une journée sans coup de théâtre. Alors que le conseil de surveillance de vivendi doit se réunir vendredi 14 mars, Bouygues lâche ses dernières forces dans la bataille.

Son dernier argument : du cash. Sa nouvelle offre en numéraire passe à 11,3 milliards d'euros, soit 800 millions de plus, et dépasse donc d'une courte tête celle de Numéricable, soit un peu moins de 11 milliards. Il l'a confirmé ce jeudi matin. Pour débloquer ces fonds, Bouygues s'appuierait notamment sur la vente de son réseau à Free, annoncée le week-end dernier, pour un peu moins de deux milliards d'euros.

A moins de deux jours de la deadline, certains y voient un signe de fébrilité. "Cela montre qu'ils ne sont pas sûrs de leur offre, ils paniquent totalement", jubile une source proche de Numéricable.

Mais alors que beaucoup considéraient déjà l'affaire pliée, ce nouveau rebondissement pourrait être le dernier clou dans le cercueil de l'offre de Numéricable. Pour autant, chez le câblo-opérateur, la ligne de conduite est invariable. De façade ou sincère, le mot d'ordre, c'est sérénité : malgré la surenchère de Bouygues, il ne modifiera pas son offre.

Comité ad hoc

Côté, calendrier, le conseil de surveillance de Vivendi se réunira bien vendredi 14 mars en fin de matinée pour examiner les deux offres, de Bouygues et e Numéricable.

Mais un comité ad hoc au sein de Vivendi, qui compte notamment Henri Lachmann (Schneider Electric), Alexandre de Juniac (Air France), Daniel Camus, doit se réunir ce jeudi soir pour étudier les deux offres, avant que le conseil de surveillance ne tranche.

Mais il n'est pas certain que l'affaire soit totalement bouclée demain vendredi. Un mandat de négociations exclusive avec l'un ou l'autre des candidats pourrait être donnée par le conseil à l'exécutif de Vivendi pour poursuivre les discussions.

Anthony Morel avec BFMbusiness.com