BFM Business

SFR: Les promesses de Bouygues sur le maintien de l'emploi

Bouygues fait des promesses sociales pour le rachat de SFR.

Bouygues fait des promesses sociales pour le rachat de SFR. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Après Numéricable, l'autre candidat au rachat de SFR fait à nouveau des promesses pour le maintien de l'emploi pour convaincre Vivendi dans la lettre que voici.

Bouygues prêt à tout pour gagner la bataille autour de SFR. Après avoir relevé son offre, et alors que Vivendi est toujours en négociations exclusives avec Numericable, le groupe de BTP et de télécoms réitère noir sur blanc ses promesses en termes d'emploi.

Pas de licenciement économique collectif, pas de plan social, pas de plan de départ volontaire non plus. Le tout pendant 36 mois. Quand on sait à quel point les doublons sont nombreux entre Bouygues et SFR -boutiques, personnel administratif, techniciens-, les engagements de Martin Bouygues ont de quoi surprendre.

D'autant que ces promesses, écrites noir sur blanc, seront tenues même en cas d'"évolutions de marché ou de revirements économiques". Une façon de marquer sa différence face à Numericable, qui a lui aussi publié ses engagements, mais qui s'est laissé cette porte de sortie.

Nul ne peut prédire l'avenir

Petit tacle additionnel en direction du cablo-opérateur: "une telle restriction viderait de tout son sens tout engagement en matière d'emploi".

"Ridicule", soupire-t-on dans le camp Numericable. Nul ne peut prédire l'avenir, et en cas de crise financière majeure par exemple, que fera Martin Bouygues ? Au fond cette nouvelle surenchère de promesses montrerait surtout le désespoir de Bouygues, taraudé parce qu'un proche du dossier appelle l'"ombre de Xavier Niel". Car si c'est Numericable qui s'empare de SFR, Bouygues se retrouve seul, isolé, une proie potentielle pour Free.

publié par BFMBusiness

publié par BFMBusiness

Anthony Morel