BFM Business

Rouen teste un service de "taxis" sans chauffeur

Les utilisateurs pourront appeler à la demande un véhicule en temps réel, des Renault Zoe électriques, sans chauffeur.

Les utilisateurs pourront appeler à la demande un véhicule en temps réel, des Renault Zoe électriques, sans chauffeur. - Transdev

Des Zoé électriques sans chauffeur roulant aux côtés d'autres véhicules sur trois boucles de 10 km... D'ici le printemps 2018, les Rouennais pourront les "appeler" depuis leur smartphone. Les tests menés par Renault et Transdev débuteront cet hiver.

Les voitures sans chauffeur sont prêtes à se joindre au trafic routier des villes pour apporter de nouveaux services de mobilité urbaine. C'est le sens du projet Rouen Normandy Autonomous Lab qui lance l’expérimentation d'un service de réservation à la demande de véhicules autonomes électriques sur routes ouvertes à la circulation des véhicules ordinaires. Les premiers tests techniques débuteront en décembre 2017.

La flotte des véhicules s'appuiera sur quatre Renault Zoé 100% électriques. Elles ont été équipées de technologies de conduite autonome développées par Renault et Transdev (filiale de la Caisse des dépôts), associés à cette expérimentation avec l'assureur Matmut, originaire de la région rouennaise.

Le partenariat de recherche conclu en février 2017 entre l’Alliance Renault-Nissan et Transdev se matérialise ainsi pour la première fois à Rouen.

Les voitures autonomes effectueront trois boucles totalisant 10 kilomètres sur le site de la technopole du Madrillet (Saint-Etienne du Rouvray), proche de Rouen.

Après une période de tests, l’ouverture au public de ce service à la demande est prévue au printemps 2018 pour une durée de deux ans. Il y aura 17 points d'arrêts prévus pour embarquer ou déposer les passagers à la demande.

Ce programme représente un investissement total de 11 millions d’euros porté à 60% par les acteurs privés et 40% par les acteurs publics.

Avec ce service, la métropole de Rouen confirme l'intérêt des villes et des transporteurs (Transdev) pour accélérer l'essor de la voiture sans chauffeur en circulation réelle pour des services de mobilité à la demande.

Jusqu'à présent, se sont multipliées les expérimentations de navettes sans chauffeurs en site fermé (comme à l'intérieur d'une centrale nucléaire) ou à Lyon, à Issy-les-Moulineaux ou à la Défense, dans les Hauts-de-seine.

La start-up française Navya a même su convaincre la ville suisse de Sion de tester ses navettes électriques sans chauffeur en plein centre ville dans l'espace public, pour le transport de personnes.

Avec un véhicule "autonome" partageant régulièrement la voirie avec des véhicules ordinaires, c'est une nouvelle étape qui s'apprête à être franchie.

Frédéric Bergé