BFM Business

Renault choisit Paris pour installer son troisième centre d'innovation

Pour Renault, Paris se place en 4e position des capitales mondiales les plus attractives pour les investisseurs.

Pour Renault, Paris se place en 4e position des capitales mondiales les plus attractives pour les investisseurs. - Loic Venance - AFP

Après la Silicon Valley et Tel Aviv, le groupe français a décidé d’ouvrir un Open Innovation Lab à Paris. Renault travaillera avec des partenaires pour développer des innovations liées à la mobilité du futur.

Renault a choisi Paris pour ouvrir un troisième Renault Open Innovation Lab, un centre de recherche dédié à la nouvelle mobilité. Son nom: Le Square. Le constructeur travaillera avec des partenaires (Nokia et Visteon) et des start-up (OuiShare, La Fing, la Fabrique des Mobilités) sur les transports urbains du futur. Ce laboratoire a pris place près de la place de la République dans un local de 2.500 mètres carrés. Il a vocation à accueillir des start-up, mais aussi des chercheurs et des investisseurs. 

Le choix de Paris n’est pas anodin. La capitale s’impose comme une ville incontournable pour innover. "Paris se place en 4e position des capitales mondiales les plus attractives pour les investisseurs qui reconnaissent Paris comme un lieu propice à la haute technologie", indique le constructeur qui rappelle que ce mouvement est national avec 228 incubateurs de start-up et 49 accélérateurs dans tout le pays.

-
- © Renault

Une voiturette open source imaginée en Californie

Cet Open Innovation Lab est le troisième du monde. Dès 2011, le groupe en a ouvert un dans la Silicon Valley sur la voiture autonome, puis un autre en 2016 à Tel Aviv sur la cybersécurité. C'est d'ailleurs en Californie que Renault a mis au point la Twizy POM (platform open-mind), la voiturette open source dévoilée en janvier au CES de Las Vegas. "Renault fabrique des voitures depuis plus de 100 ans. Mais notre industrie évoluant très rapidement, nous nous devons d’être à la pointe et d’innover en permanence […]", indique Pierrick Cornet, vice-président Ingénierie du Groupe Renault.

En plus de ces trois centres externes d’innovation, Renault dispose aussi de laboratoires de recherche au sein de ses unités de production. Il en a quatre en France, et deux à l’étranger: l’un en Roumanie avec Dacia, l’autre en Corée du Sud avec Samsung Motors. Les suivants devraient ouvrir en Inde, au Japon et au Brésil.

Pascal Samama