BFM Business

Pourquoi Xavier Niel monte autant au capital de Telecom Italia

Niel monte au capital de Telecom Italia.

Niel monte au capital de Telecom Italia. - Tiziana Fabi - AFP

Les intentions de l'homme d'affaires ne sont pas connues. Mais certains pensent que le but est de ne pas rester à l'écart d'une consolidation du marché européen des télécoms. Par ailleurs, les autorités de la concurrence italiennes auraient demandé à Xavier Niel de leur communiquer les "minutes" de son conseil.

Xavier Niel accroît encore sa présence au capital de Telecom Italia. D'après l'autorité boursière italienne, l'homme d'affaires détient à présent 15% du capital de l'opérateur italien, alors que Vivendi a déjà pris une position majoritaire avec un peu plus de 20% des parts.

Difficile de connaître pour l'heure les intentions de Xavier Niel. Son but serait peut-être de ne pas rester à l'écart. Si les mouvements autour de Telecom Italia n'étaient qu'une première étape avant la consolidation du marché européen des télécoms? Certains analystes en font l'hypothèse. Vivendi pourrait ainsi prendre le contrôle du première opérateur italien avant de partir à l'assaut du reste de l'Europe. Et pourquoi pas réunir sous la même coupe, à plus ou moins long terme, Telecom Italia, Telefonica et même Orange, pour donner naissance à un géant latin du secteur. 

Pousser Vivendi à dévoiler son jeu

Le scénario est un peu fou, mais il pourrait expliquer la montée au capital de Xavier Niel dans l'opérateur italien. Histoire de ne pas rester à côté d'un mouvement qui changerait en profondeur les équilibres du marché.

Son irruption chez Telecom Italia pourrait pousser Vivendi à dévoiler son jeu plus vite que prévu. Reste que la marge de manœuvre du fondateur de Free n'est pas énorme. Comme il agit à titre personnel, il ne pourra sans doute pas se lancer dans une bataille qui le verrait investir toute sa fortune dans Telecom Italia.

"Cela pourrait déboucher sur une enquête"

Par ailleurs, les autorités de la concurrence italiennes ont demandé à Xavier Niel de leur communiquer les "minutes" de son conseil concernant l'acquisition d'une participation de 15,14% dans Telecom Italia, a déclaré à Reuters vendredi une source proche du dossier.

"Les autorités antitrust ont demandé à (Xavier) Niel des informations concernant son groupe et ses activités télécoms (...) elles lui ont également demandé les minutes des réunions au cours desquelles l'achat d'une participation dans Telecom Italia a été approuvé", a déclaré la source. Elle a ajouté que le régulateur italien avait demandé à Telecom Italia de lui remettre tous les documents nécessaires afin de pouvoir évaluer l'éventuelle existence d'actionnaires de contrôle.

"Cela pourrait déboucher sur une enquête (...) qui pourrait être menée conjointement avec les autorités antitrust européennes, afin de comprendre s'il y a des accords ou des institutions qui visent à limiter la concurrence", a dit également la source.

Simon Tenenbaum avec Reuters