BFM Business

Pour votre réveil, préférez-vous l'odeur des croissants ou du dollar ?

-

- - Sensorwake diffuse des effluves de chocolat, de thé et de dollar pour un réveil en douceur

Il n’y a pas d’âge pour innover ! A 18 ans Guillaume Rolland a conçu un réveil olfactif qui diffuse les odeurs de croissant, de thé, et même de dollar. L’invention, mise au point dans son garage, a été repérée par Google.

Qui a dit que l’argent n’a pas d’odeur ? Guillaume Rolland, lui, a eu l’idée de créer un réveil capable de diffuser l’odeur du billet vert. "On utilise l’encre qui sert à imprimer les billets, c’est une odeur agréable" , explique le jeune nantais, tout juste diplômé d'un bac S, sur BFM Business. Lassé des sonneries stridentes qui le tirait de son lit pour aller au lycée, il a décidé de concevoir Sensorwake, un réveil olfactif.

L'odorat aussi fort que l'ouïe 

Son fonctionnement est assez simple: "Comme pour une machine à expresso, on met une capsule qui diffuse dans la chambre des effluves de café, de confiture d'abricot ou de chocolat", détaille le jeune entrepreneur.

 La substance envoie des signaux assez stimulants au cerveau pour provoquer le réveil. Mais une odeur est-elle vraiment suffisante pour tirer du sommeil des gros dormeurs? A priori oui, car par défaut une alarme de secours se déclenche automatiquement deux minutes après la vaporisation de l'huile essentielle.

Avec l'aide de son père, directeur d'une maison de retraite, le fondateur de Sensorwake a d'ailleurs fait des tests sur des personnes souffrant de surdité. Les résultats ont été concluants, l'odorat permet un réveil moins brutal qu'une alarme. "Le seul cas où l'on ne se réveille pas, c’est avec le nez bouché ", confie Guillaume Rolland qui en a fait lui même l'expérience.

Le "label" Google 

L'ingéniosité du jeune bachelier a tapé dans l’œil de l'américain Google qui l’a invité à participer à son prestigieux "Google Science Fair" l'an passé. Seul Français à avoir la chance de présenter son prototype au géant de Moutain View, il a été battu par 3 Irlandaises encore plus jeunes que lui, 16 ans, créatrices d’un engrais à base de bactéries naturelles.

Mais qu'importe, cette expérience a été un vrai tremplin pour ce jeune bricoleur qui a commencé son aventure "dans son garage avec des bouts de cartons". Aujourd'hui, il veut passer à la vitesse supérieure mais sans brûler les étapes. Depuis la rentrée, Guillaume suit des études d’ingénieur à l'université de technologie de Compiègne, avec un emploi du temps aménagé pour qu'il puisse développer son invention et avoir toute la latitude de trouver de nouvelles idées !

En prévente en février 

Dès février, Sensorwake sera lancé en prévente sur la plateforme Kickstarter, avant de lancer la production et de s'entourer de futurs investisseurs. Alors quel est son moteur de ce jeune créateur de 18 ans? Rêve-t-il de devenir milliardaire comme le laissait supposer Emmanuel Macron récemment? Pas vraiment. "Mon but est de montrer que même en étant jeune on peut créer des choses et développer de beaux projets", conclut-il.

Ch.L.