BFM Business

Pour Free, le mobile est le moteur de la croissance et de la rentabilité

La maison mère de Free a dégagé un bénéfice net annuel stable à 405 millions d'euros. La rentabilité de son activité dans le mobile a crû de 6% mais a baissé dans le fixe haut débit. Free a gagné 1 million de clients mobiles et 60% de ses 13,6 millions d'abonnés sont en 4G.

L'opérateur télécoms Iliad affiche des indicateurs financiers et commerciaux presque tous à la hausse en 2017. Si son bénéfice net annuel a stagné à 408 millions d'euros c'est à cause d'une "contribution exceptionnelle d'impôt sur les sociétés mise en place par le gouvernement en fin d'année 2017 pour un montant de 76 millions d'euros", explique la maison mère de Free. Sans cet élément exceptionnel, le résultat net progresse de 19,3% à 480 millions d'euros.

À la suite de l'annonce de la quasi-stagnation de son bénéfice net en 2017, le titre d'Iliad s'est replié peu après l'ouverture de la Bourse de Paris, ce mardi 13 mars, de 7,23 % à 182,95 euros.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a progressé de 6% sur l'année, à 1,77 milliard d'euros, avec "une forte amélioration de l'activité mobile" et une "baisse de la rentabilité du fixe".

Free a usé de nombreuses promotions commerciales sur l'ADSL en 2017

Cette baisse est à mettre sur le compte à la fois des lourds investissements consacrés aux réseaux en fibre optique et des promotions commerciales pratiquées par Free (notamment sur vente-privee.com) pour conquérir des abonnés ADSL.

"Le fixe est en transition clairement vers la fibre, qui ne donnera son plein effet économique qu'au second semestre 2018", a déclaré Maxime Lombardini, le directeur général d'Iliad. "Nous sommes dans une période ou le fixe" traditionnel sur fil de cuivre "est un marché un peu mature", avec "pas mal de promotions" et "quelques petites mauvaises surprises sur le coût du dégroupage notamment", a-t-il dit. En effet, les décisions réglementaires ont induit en 2017 une hausse du coût de dégroupage (9,45 euros par ligne l'an passé) que facture Orange aux autres opérateurs pour l'utilisation de son réseau téléphonique pour leur offre ADSL.

-
- © L'opérateur télécoms a passé le cap des 20 millions de clients fixes et mobiles-Iliad

En termes de recrutement de nouveaux clients, l'opérateur dépasse désormais la barre des 20 millions d'abonnés (dont beaucoup sont des foyers clients chez Free à la fois en fixe et mobile). Il y en a 13,7 millions dans le téléphone mobile 8,2 millions dans la 4G (avec ses forfais à 19,99 euros) et 6,5 millions dans les réseaux fixes. L'opérateur a encore gagné un million de clients supplémentaires dans le mobile.

Le chiffre d'affaires 2017 du groupe a augmenté de 5,6% à 4,99 milliards d'euros. La hausse fut de 3,5% dans sa première activité, le fixe (à 2,78 milliards) mais c'est une solide croissance de 8,4% qu'a enregistré son activité mobile (2,21 milliards). Son résultat opérationnel courant ressort en hausse de 16% à 862 millions d'euros et la marge brute a progressé de près de 10% sur l'année.

En termes d'objectifs, Iliad vise une marge d'Ebitda de plus de 40% en 2020 et un niveau d'investissement en 2018 (hors fréquences et lancement d'une nouvelle Freebox) "compris entre 1,4 et 1,5 milliard d'euros" pour assurer la transition rapide vers le très haut débit, marché sur lequel il compte 556.000 abonnés raccordés en fibre optique. Dans le mobile, l'opérateur vise une part de marché de 25% "à long terme" contre un peu moins de 20% actuellement.

Free veut lancer son offre mobile en Italie avant l'été 2018

Free prévoit de lancer commercialement son offre mobile en Italie "avant l'été", a indiqué le directeur général Maxime Lombardini. L'an dernier, Free prévoyait à la même époque un lancement "fin 2017 ou début 2018" de son offre commerciale en Italie. Free doit devenir le quatrième opérateur sur le marché transalpin du mobile. Le groupe a obtenu un licence en 2016 à la faveur de la fusion des opérateurs Wind et 3 Italia pour devenir le numéro 1 du secteur.

La Commission européenne avait demandé aux deux opérateurs de se délester d'une partie de leurs fréquences et antennes au profit d'un nouvel opérateur, dans un souci de maintien de la concurrence. Free est très attendu en Italie, la majorité des analystes attendant une offre à prix serrés qui viendrait bouleverser le marché local, à l'image de son arrivée fracassante sur le marché français en 2012.

Frédéric Bergé