BFM Business

Pas facile apparemment d'être une femme à l'école 42 de Xavier Niel

-

- - Martin Bureau - AFP

Dans une enquête de L'Usine Nouvelle, des étudiantes de l'école 42, fondée par Xavier Niel et spécialisée dans le code informatique, dénoncent des comportements déplacés et un machisme à l'origine d'une ambiance délétère. La direction a dû prendre des mesures.

Messages pornographiques, comportements déplacés et machistes, ambiance délétère... Une enquête de L'Usine Nouvelle révèle un envers du décor peu reluisant à l'école 42, cette formation au code informatique sans frais de scolarité créée et financée par Xavier Niel. 

"Les couloirs de l’école ressemblent à un vestiaire de football. Cette ambiance nous bouffe littéralement, explique notamment une étudiante qui tient à rester anonyme. On m’a poursuivie sur un étage et demi - que j’ai dû remonter à reculons - pour voir sous ma jupe, raconte la jeune femme. On ne se sent pas en sécurité ici". Une autre évoque une ambiance délétère et une pression permanente avec notamment des remarques sur la façon de s'habiller. L'étudiante, qui s'abstient depuis de porter jupes et shorts, a même failli abandonner. "Je ne me sentais pas à ma place parce que j’étais une fille", confie-t-elle. 

Il faut dire qu'à l'image du secteur de la tech, l'école 42 est très masculine. On y compte moins de 10% de filles. En minorité, elles seraient la cible de certains garçons. Et notamment sur le web.

"Enduire les femmes avec du Mont d’or"

Sur le compte Slack (une sorte de forum de discussion) géré par les élèves de l'école, de nombreux messages dégradants à caractère pornographique étaient partagés.

Appel à "enduire les femmes avec du Mont d’or et de la graisse abdominale de féministe", photo montrant une femme à quatre pattes avec en commentaire "née pour être un sac à foutre", voilà les exemples de publications qui nous ont été cités, explique L'Usine Nouvelle

Ce fil de discussion baptisé NSFW ("Not safe for work" pour "pas sûr pour le travail") était accessible aux 3000 étudiants de l'école. "Il y a un effet d’entraînement comme dans une cour de récréation. Certains garçons, qui ne sont pas comme ça individuellement, se comportent de manière déplacée parce qu’ils ont l’impression que c’est permis", explique une étudiante qui assure que la majorité des garçons ne sont pas sexistes pour autant, et que certains sont même choqués.

Le rêve: faire venir la numéro 2 de Facebook

Des comportements que l'administration de l'école ne tolère pas. C'est d'ailleurs la découverte de ce fil qui a conduit la direction à prendre des mesures. Après la réception d'une lettre cosignée par plusieurs élèves, la directrice de l'école a fait fermer le compte NSFW. "Les élèves qui ont publié des contenus insultants sur cette chaîne ont été sanctionnés, fait valoir Fabienne Haas. Aucun n’a été exclu, mais ils ont eu à faire des travaux d’intérêt général et certains doivent aujourd’hui travailler avec moi sur la question du sexisme".

La direction, qui organise régulièrement des conférences, souhaite mettre l'accent sur la mixité. Une étudiante très engagée sur ce sujet s’est rapprochée de la responsable du réseau de femmes Lean in France, créé aux États-Unis par Sheryl Sandberg avec l'espoir que la numéro 2 de Facebook vienne à 42 pour y faire une conférence.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco