BFM Business

Neuf centrales à charbon et Ryanair, voilà les 10 plus gros pollueurs d'Europe

Le transporteur irlandais a introduit une demande de licenciement collectif auprès de l'UWV, l'organisme chargé de délivrer les permis de licenciement aux Pays-Bas

Le transporteur irlandais a introduit une demande de licenciement collectif auprès de l'UWV, l'organisme chargé de délivrer les permis de licenciement aux Pays-Bas - Pau Barrena - AFP

Pour la première fois, une compagnie aérienne fait partie des 10 plus gros émetteurs de gaz à effet de serre en Europe. Il s'agit de Ryanair qui a émis l'équivalent de 9,9 millions de tonnes de CO2 en 2018, en hausse de 6,9%.

Ryanair est-il le nouveau charbon? La compagnie aérienne est en tout cas épinglée dans un rapport de l'ONG belge Transport & Environnement qui s'appuie sur les données d'émissions de gaz à effet de serre relevées par l'Union Européenne. Pour la première fois, une compagnie aérienne entre dans le top 10 des plus gros émetteurs de CO2 dans l'atmosphère.

Ryanair qui a transporté en 2018 139 millions de passagers a déclaré 9,9 millions de tonnes de CO2 émis durant l'année, soit une hausse de 6,9% sur un an et de 49% sur cinq ans, selon les registres des quotas d'émission tenus par la Commission Européenne.

La compagnie irlandaise a ainsi été l'année dernière la dixième entreprise la plus polluante en Europe. Et c'est une exception dans son domaine d'activité. Puisque les neuf premières places sont occupées par des centrales à charbon dont sept se situent en Allemagne, pays qui a renoncé au nucléaire pour produire son électricité.

"Lorsqu'il est question de climat, Ryanair est le nouveau charbon, assure Andrew Murphy, le responsable de l'aviation au sein de l'ONG belge. Cette tendance ne se poursuivra que lorsque l'Europe réalisera que ce secteur sous-réglementé doit être mis en conformité, à commencer par une taxe sur le kérosène et la mise en place de mandats obligeant les compagnies aériennes à passer au carburéacteur à zéro émission."

Si le transport aérien n'est pour l'heure responsable que de 3% des émissions de gaz à effet de serre en Europe, les spécialistes du secteur estiment que cette part pourrait être multipliée par huit d'ici à 2050 avec l'explosion du transport aérien. 

Or, le secteur n'est pour l'heure pas inquiété par les autorités. Le kérosène n'est ainsi pas soumis à une taxe comme le sont les carburants automobiles ni même de TVA. C'est le seul carburant fossile à en être exempté. La justification est d'éviter que les compagnies mettent en concurrence la fiscalités des pays dont certains deviendraient ainsi les "stations-service" des compagnies. 

Plus d'émission car plus de passagers

Evidemment, les compagnies paient pour leur droit à polluer. Mais la somme est relativement dérisoire (800 millions d'euros par an pour l'ensemble des compagnies européennes) et bien moindre que ce que leur coûterait la mise en place d'une taxe carburant et d'une TVA sur le kérosène. Cette taxation est estimée à 27 milliards d'euros par ce cabinet de recherche.

Mais si les compagnies aériennes polluent de plus en plus (EasyJet est 31ème au classement suivie par Lufthansa, Norwegian et British Airways) c'est essentiellement dû à la croissance de leur activité et à la baisse des coûts de transports qui attirent de nouveaux clients.

Ainsi, Ryanair a transporté en 2018 10 millions de passagers de plus, soit une croissance de près de 8%. Ses émissions, en hausse de 6,9% n'ont pas augmenté d'autant. La compagnie s'équipe de nouveaux avions qui consomment et émettent moins. Néanmoins, chaque passager transporté l'année dernière par Ryanair "a émis" 71 kg de CO2 dans l'atmosphère. 

Dans certains pays comme la Suède, il y a même une prise de conscience du grand public sur ces questions. Là-bas, de nombreux voyageurs partagent de plus en plus sur les réseaux sociaux leur honte de prendre l'avion et assurent préférer se rabattre sur le train. Baptisé "flygskam", ce phénomène a déjà des conséquences économiques puisque certains vols intérieurs suédois accusent des baisses de fréquentation depuis quelques mois.

les 10 plus gros émetteurs d'europe en 2018 (en mégatonnes de co2)

1. Centrale de Bełchatów (Pologne): 38,3

2. Centrale de Neurath (Allemagne): 32,2

3. Centrale de Niederaussem (Allemagne): 25,9

4. Centrale de Jänschwalde (Allemagne): 22,8

5. Centrale de Weisweiler (Allemagne): 16,8

6. Centrale de Schwarze Pumpe (Allemagne): 12,4

7. Centrale de Lippendorf (Allemagne): 11,7

8. Centrale Maritsa Iztok Complex (Bulgarie): 10,5

9. Centrale de Boxberg Werk IV (Allemagne): 10,2

10. Ryanair (Irlande): 9,9

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco