BFM Business

Microsoft va fermer la quasi-totalité de ses boutiques dans le monde

Microsoft dispose d'une boutique au Royaume-Uni, située à Londres.

Microsoft dispose d'une boutique au Royaume-Uni, située à Londres. - Microsoft

Microsoft ne va pas rouvrir son réseau d'une centaine de magasins "en dur" dans le monde (il n'y en avait pas en France), fermés pour cause de pandémie, l'essentiel de ses ventes se faisant désormais sur Internet.

Contrairement à Apple qui a fait de ses boutiques (Apple Store) un canal stratégique de vente de ses produits, Microsoft a annoncé ce vendredi qu'il allait fermer la quasi totalité de ses magasins physiques dans le monde, l'essentiel de ses ventes se faisant désormais en ligne.

Ces boutiques se trouvent pour l'essentiel aux États-Unis, au Canada, en Australie et au Royaume-Uni (à Londres).

Le géant américain des logiciels pour PC estime que ses sites internet de vente, y compris Xbox et Windows, sont visités par plus de 1,2 milliard de personnes tous les mois dans 190 marchés.

Une provision de 450 millions de dollars pour dépréciation d'actifs

L'éditeur de Windows a indiqué qu'il ferait une provision de 450 millions de dollars pour couvrir en particulier les dévalorisations d'actifs relatives à la fermeture de ses magasins. Cette charge sera inscrite aux comptes du trimestre en cours (clos le 30 juin 2020).

Les magasins fermés pendant la pandémie ne rouvriront pas, a précisé l'entreprise, qui a en revanche l'intention de créer des "Centres de l'expérience Microsoft", à Londres, New York, Sydney et au siège à Redmond dans l'Etat de Washington (ouest). Le nombre d'employés affectés par cette décision n'était pas connu immédiatement.

Microsoft a fermé son site de streaming de jeux vidéo

Par ailleurs, l'impact de la pandémie ne s'est pas encore traduit dans les résultats financiers de Microsoft, qui a réalisé un bénéfice net de 10,8 milliards de dollars de janvier à mars, en hausse de 22% sur un an, pour un chiffre d'affaires de 35 milliards (+15%).

Malgré les retards de production pour sa gamme d'ordinateurs Surface, le groupe s'estime bien positionné pour traverser la crise, notamment grâce à l'explosion du cloud (informatique à distance).

L'entreprise vient en revanche de fermer sa plateforme de streaming de jeux vidéo Mixer, laissant le champ libre au géant du secteur Twitch (Amazon

Frédéric Bergé avec AFP