BFM Business

Les smartphones ont "tué" les appareils photo compacts de Nikon

Nikon a décidé d'arrêter immédiatement la production dans son usine Nikon Imaging China (NIC) qui emploie près de 2.300 personnes à Wuxi, près de Shanghai (est).

Nikon a décidé d'arrêter immédiatement la production dans son usine Nikon Imaging China (NIC) qui emploie près de 2.300 personnes à Wuxi, près de Shanghai (est). - Jung Yeon-Je-AFP

Le géant japonais va fermer son usine chinoise spécialisée dans la production d'appareils photo numériques compacts. Ce marché d'entrée de gamme paie au prix fort la concurrence des smartphones dotés de capteurs d'images de meilleure qualité qu'avant.

L'essor du smartphone a fait s'effondrer le marché des petits appareils photo compacts numériques. "Ces dernières années (...) en raison de l'essor des smartphones, le marché des appareils photo compacts a diminué rapidement, conduisant à un déclin significatif du niveau d'activité de NIC et créant une situation économique difficile", argumente Nikon.

Cette marque japonaise de référence du secteur a ainsi justifié l'arrêt immédiat de son usine Nikon Imaging China (NIC). Ce site industriel emploie en Chine près de 2.300 personnes à Wuxi, près de Shanghai.

Ses perspectives de ventes sur ce marché sont particulièrement sombres. Sur son exercice fiscal annuel 2017/2018, clos le 31 mars prochain, l'industriel japonais s'attend à ne vendre que 4,8 millions d'appareils photo numériques (toutes catégories confondues), soit une baisse de 24% en volume. Sur le seul segment des compacts photo, la chute de ses ventes devraient atteindre 28% sur l'année.

Nikon se réoriente vers d'autres secteurs jugés porteurs

Pour Nikon, cette fermeture aura un coût financier non négligeable: 7 milliards de yens soit près de 53 millions d'euros. La Chine restera toutefois l'un de ses marchés clé pour ses activités commerciales, a-t-il assuré. La marque nippone possède toujours, par ailleurs, d'autres usines assemblant des appareils photo, notamment au Japon et en Thaïlande.

Pour compenser l'effondrement du marché de la photo numérique, Nikon se réoriente depuis plusieurs années vers les équipements de précision pour l'industrie et le médical, mais il reste en difficulté: il a publié un bénéfice net en chute de 40% au premier trimestre de son exercice 2017/18. 

Frédéric Bergé avec AFP