BFM Business

Les 10 chiffres les plus fous d'Apple

-

- - -

Apple a encore fait exulter ses actionnaires avec ses derniers résultats financiers. Mais les performances époustouflantes du géant californien ne sont pas que financières. La preuve en 10 chiffres.

Qui, dans les années 80, 90 ou 2000, pouvait prédire qu’Apple serait le groupe le plus puissant de la planète? Evidemment personne, sauf peut-être Steve Jobs et sa garde rapprochée.

En revenant aux affaires avec sa troupe d’élite, parmi lesquels Tim Cook, le patron n’a qu’une idée : révolutionner le petit monde de l’informatique qui vivote plutôt bien, grâce aux licence logiciels.

Avant de lancer l’iPhone en 2007, Jobs a préparé le terrain avec un nouveau système d’exploitation (Mac OSX), un lecteur de musique (iTunes) et un baladeur (l’iPod). Il n’en fallait pas plus pour bâtir un empire sur lequel les briques s’empilent naturellement. 

En 2014, Apple a de nouveau explosé tous les records. Et c'est devenu un habitude qui ne déplaît évidemment ni à ses dirigeants et ni à ses actionnaires. En témoignent ces 10 chiffres qui donnent vraiment le tournis.

- 1 milliard. C’est le nombre des terminaux mobiles iOS (iPhone et iPad) activés fin novembre 2014. Ce qui ne signifie pas qu’un humain sur six utilise un appareil siglé d’une pomme. 

- 74 milliards de dollars. C’est le chiffre d’affaires réalisé par Apple en… un seul trimestre. Ca représente environ 80 % des revenus annuels de Microsoft.

- 74 millions. C'est le nombre d'iPhone vendus au dernier trimestre 2014. Pendant cette période, Microsoft a distribué 10 millions de Lumia. Aujourd’hui, les iPhone représentent 69% du chiffre d’affaires d’Apple, en partie grâce au Chinois

- 18 milliards de dollars. C’est le bénéfice net réalisé par Apple au 4ème trimestre 2014. C’est un record absolu, tous secteurs confondus. Auparavant, il était détenu par le groupe pétrolier Exxon qui en 2012 est monté à 15,9 milliards de dollars. 

- 39,9% de marge brute. C'est du jamais vu dans le secteur de la high-tech grand public. Et même dans l’industrie du luxe, les marques qui parviennent à ces niveaux ne sont pas légion. 

- 170 milliards de dollars. C’est à quelques milliards près le montant de la trésorerie dont Apple dispose. Un magot sur lequel lorgne les actionnaires. Cette somme lui permet de faire face à tous types de situation. Pourtant, Apple n’y touche que très rarement. Pour des raisons fiscales, elle préfère emprunter quand elle a besoin de cash pour investir. 

- 25 milliards de dollars. C’est ce qu’ont touché en 2014 les développeurs des applications vendues sur l’AppStore.

- 11,9 millions d'euros. C’est le prix du smartphone le plus cher du monde. Le Black Diamond est un iPhone 5 réalisé pour un milliardaire chinois. Pour l’iPhone 6, le record n’est pas si haut, mais il faudra tout de même lâcher 2,18 millions d’euros pour un modèle en or massif serti de 6127 diamants. 

- 1.000 euros. C’est le prix des deux apps le plus chères du monde. iVIP Black, d'abord. Pour accéder à ce service de conciergerie, il faut prouver que vous disposez d’un budget de 1 million d’euros. Et ces services ne sont évidemment pas gratuits. Autre app à 1.000 dollars, Agro qui permet de gérer une exploitation agricole. Elle s’adresse bien sur aux agriculteurs les plus aisés.

- Plusieurs milliards d'euros. C’est le montant de l’amende que pourrait imposer la Commission Européenne à Apple accusé d'avoir bénéficié d'aides d'Etat illégales. Le géant californien a aussi mis au point un système d’optimisation fiscale qui lui permet de bénéficier d'un taux d'impôts sur les bénéfices inférieur à 2%. 

Pascal Samama, avec Frédéric Bergé