BFM Business

Le HomePod d'Apple: un "super son" mais pas grand-chose de plus

Le HomePod d'Apple.

Le HomePod d'Apple. - Justin Sullivan - AFP

Avec l'enceinte connectée HomePod, Apple se lance dans une nouvelle aventure. Elle sera commercialisée ce vendredi mais quelques journalistes américains l'ont testée. Et ils révèlent ses forces comme ses faiblesses.

Après des mois d’attente et un rendez-vous manqué pour les fêtes de fin d’année, le HomePod arrive enfin. Il sera livré ce vendredi 9 février aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie. Les clients français devront, eux, attendre jusqu’au printemps. Mais depuis sa présentation officielle, nous en savons déjà plus sur cette enceinte intelligente pilotable à la voix avec Siri.

Apple l'a dévoilée en avant-première à quelques journalistes américains qui ont été guidé par Phil Schiller, vice-président du marketing. Ils ont pu la manipuler librement. Le HomePod ne dispose d’aucun bouton de réglage. Des touches tactiles permettent de régler le son, mais beaucoup préféreront utiliser leur iPhone pour le piloter. Le seul élément extérieur est un fil électrique qui permet de la recharger.

Tous les journalistes présents lors de cette prise en main sont d’accord sur un point: le HomePod est de loin la meilleure enceinte connectée de sa catégorie. Pour The Verge, sa qualité est très supérieure à la Google Max Home, mais aussi la One de Sonos. "Seule la Sonos Play:5 est aussi bonne, mais elle est plus grosse, plus chère et ne propose aucune fonctionnalité intelligente", estime le site spécialisé.

-
- © DR

L’enceinte d’Apple est équipée de huit haut-parleurs, dont sept tweeters et un woofer et de sept micros. Cette architecture pilotée par un microprocesseur et gérée par un accéléromètre permet de s’adapter à la pièce dans laquelle elle a été installée et aux personnes qui s’y trouvent.

Pas compatible avec Spotify ou Deezer

En la branchant pour la première fois, elle réalisera un plan 3D de la pièce. Ensuite, son accéléromètre adaptera l'audio en fonction des déplacements des auditeurs. Le son les suivra où qu’ils se trouvent sans rien avoir à faire. Et pour lancer un morceau ou connaitre le nom d’un musicien, il suffira de le demander à Siri. Mais, ne cherchez pas à lancer Spotify ou Deezer. Contrairement à Amazon Echo ou Google Home, HomePod n’est compatible qu’avec l’écosystème musical maison: iTunes, Apple Music et Music Match.

HomePod a vocation à devenir le DJ de la maison, son rôle n’ira pas beaucoup plus loin. Du moins dans un premier temps. Il ne sera pas encore possible d'obtenir une recette de cuisine ou d'écouter les infos du jour. Pas possible non plus de lancer un programme vidéo, même avec l’AppleTV. Et si l’appareil est connecté à iCloud, il ne vous rappellera pas les rendez-vous que vous avez notés dans le calendrier. D'ailleurs, l'enceinte n'est pas compatible avec les application tierces, hormis celles de domotique compatibles avec HomeKit, la norme d'Apple.

Mais ce qui a le plus déçu les journalistes américains c’est l’impossibilité de passer un appel téléphonique directement. Il faudra toujours passer par l’iPhone puis transférer la conversation sur l’enceinte. Pour le Wall Street Journal, le "HomePod a un super son, mais n’est pas super intelligent".

En attendant, si, comme nous l'avons fait, on demande à Siri quelle enceinte connectée choisir entre celles d’Amazon, de Google et d’Apple, la réponse est claire: "C’est l’appareil d’Apple qu’on a le plus envie de serrer dans ses bras!". Siri est-il vraiment objectif? Évidemment non, mais il est franc.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco