BFM Business

La techno qui rend les centres d'appels accessibles aux sourds et malentendants

-

- - Lors d'un appel, le malentendant peut lire sur son terminal ce que son correspondant lui dit en temps réel au téléphone, grâce à la reconnaissance vocale.

Son application retranscrit par écrit aux malentendants les propos de leur correspondant au téléphone. La start-up RogerVoice fournit sa technologie à Allianz Partners France et Oui.SNCF pour que leurs plateaux téléphoniques soient accessibles aux déficients auditifs.

Comment aider les malentendants lorsqu'il leur faut téléphoner à un service client ou à une administration en joignant un centre d'appel? Il n'est pas toujours possible pour eux d'échanger avec ces centres par email ou messagerie instantanée ("chat"). C'est pourquoi une start-up française met à leur disposition sa technologie de retranscription écrite à la volée d'un échange téléphonique. RogerVoice a signé avec Allianz Partners France et OUI.sncf (ex-Voyages-sncf) afin que leurs centres d’appel soient joignables par les sourds et malentendants.

"Notre technologie sous-titre instantanément les appels téléphoniques en temps réel. Pour une personne sourde comme moi, cela change la vie. Et c’est pourquoi, depuis son lancement, le service était dédié aux personnes malentendantes" explique son fondateur Olivier Jeannel, ancien cadre chez Orange.

L'application sait "vocaliser" les messages écrits

Concrètement, l'application de la start-up retranscrit instantanément les propos du correspondant situé dans le centre d'appel sur le smartphone de l'appelant qui peut alors les lire, grâce à la reconnaissance vocale. Le malentendant peut en retour échanger avec son correspondant par messagerie instantanée, ses écrits étant ensuite vocalisés au téléphone pendant l’appel. C'est la technologie Text to Speech qui est employée pour changer le texte en voix de synthèse afin qu'il soit intelligible au téléphone.

Pour les centres d'appels, la start-up a conçu une offre baptisée RogerVoice Call Center. Fournie en ligne en mode locatif, elle s’intègre techniquement aux sites Internet des entreprises "sans impact sur leurs systèmes d’information et sans modification du parcours actuel du service client".

La start-up a levé 1,2 million d'euros de fonds

L'argument en faveur de l'installation du logiciel dans les entreprises dotée d'un plateau d'accueil téléphonique est d'ordre réglementaire, selon RogerVoice. La loi pour une République numérique de 2016 prévoit qu'au plus tard, au 6 octobre 2018, tous les centres d'appels deviennent "accessibles aux personnes sourdes, malentendantes, et aphasiques par la mise à disposition d'un service de traduction simultanée écrite et visuelle".

En attendant que le marché des entreprise se développe, la start-up a bouclé un second tour de table de 660.000 euros qui porte à 1,2 million d’euros son financement en fonds propres, après une premier tour réalisé en 2016.

Frédéric Bergé