BFM Business

La guerre des prix fait rage dans le mobile en Espagne

Les Espagnols économisent au maximum sur leur facture téléphonique.

Les Espagnols économisent au maximum sur leur facture téléphonique. - -

La croissance revient en Espagne selon le FMI. Mais pas selon les opérateurs téléphoniques, qui voient leurs clients fuir. Les Espagnols rognent en effet sur leurs factures de téléphone.

L'Espagne va-t-elle bientôt sortir de la récession? C'est ce que pense le Fonds monétaire international. Dans les conclusions de sa mission annuelle sur l'Espagne, publiées mercredi 19 juin, le FMI prévoit un retour à la croissance dès cette année.

Un signe d'espoir. Mais sur place les indicateurs sont loin d'être tous dans le vert. Les consommateurs rognent notamment sur ce qu'on croyait devenu indispensable: leur facture mobile.

2,7 millions de lignes en moins en 2012

Du coup, chez les opérateurs espagnols aussi, la guerre des prix fait rage. Mais cela n'a rien à voir avec l'arrivée d'un trublion à la Free. Si Telefonica et ses concurrents cassent leurs prix, c'est pour essayer de rattraper par les cheveux des consommateurs de plus en plus fuyants.

Rien que cette semaine, Vodafone a annoncé des baisses de tarifs. Puis c'est Orange qui a dévoilé ses offres 4G, au même prix que la 3G, de peur de perdre des abonnés. Le très haut débit mobile, censé permettre aux opérateurs de souffler un peu en recréant de la valeur, est lui aussi sacrifié au nom du low cost à tout prix.

C'est qu'en ce moment, les clients espagnols ont la bougeotte. Ils changent d'opérateur comme de chemise, quand ils ne suppriment pas purement et simplement leur abonnement. En témoigne l'hécatombe de l'an dernier: plus de 2,7 millions de coupures de lignes.

On croyait que le forfait mobile faisait désormais partie des dépenses incompressibles. Mais dans un pays dont un quart de la population active est au chômage, il n'y a pas de petites économies.

A LIRE AUSSI:

>> Le FMI entrevoit la fin de la récession en Espagne

>> Les centres d’appel: nouvel eldorado espagnol

Anthony Morel