BFM Business

La croissance coréenne touchée par le fiasco du Samsung Galaxy Note 7

Le premier fabricant mondial de smartphones, dont le chiffre d'affaires représente environ 17% du PIB sud-coréen, a retiré du marché définitivement sa "phablette", lancée en août 2016.

Le premier fabricant mondial de smartphones, dont le chiffre d'affaires représente environ 17% du PIB sud-coréen, a retiré du marché définitivement sa "phablette", lancée en août 2016. - yonhap-AFP

La banque centrale sud-coréenne vient de réduire sa prévision de croissance du PIB en 2017. Samsung pèse pour 17% dans l'économie du pays.

Comment l'échec commercial d'un smartphone va influer sur la croissance de la onzième puissance économique mondiale... Samsung pesant l'équivalent de 17 % du PIB total de la Corée, les autorités ont dû tenir compte de l'impact du fiasco du Galaxy Note 7 sur l'évolution du PIB en 2017. Et revoir en conséquence leurs prévisions économiques pour l'an prochain.

Six semaines après son lancement commercial, la production du smartphone le plus haut de gamme du coréen a dû être arrêtée, plusieurs modèles vendus ayant pris feu.

Les incidents se multipliant, l'industriel a dû retirer du marché son smartphone qui ne sera plus jamais produit ni vendu dans le monde. Cette décision unique dans l'histoire de Samsung est venue ponctuer plusieurs semaines de gestion de crise périlleuse. Depuis le 2 septembre, date à laquelle elle a débuté, cette débâcle a fait plonger le cours de l'action du géant sud-coréen, qui a été contraint de réduire d'un tiers ses prévisions de bénéfice trimestriel.

L'hémorragie boursière n'a cessé que ce jeudi 13 octobre 2016, quand le titre a terminé pour la première fois, en hausse de 1,4% sur la séance.

Une telle débâcle ne peut qu'avoir un impact sur l'économie du pays, a reconnu le gouverneur de la Banque de Corée, Lee Ju-Yeol. Samsung "représentant une telle part dans notre économie, nous avons pris en compte l'impact de l'interruption de la production dans notre prévision", a déclaré le banquier central, à l'issue de la réunion mensuelle de politique monétaire de la Banque. La Banque a donc ramené de 2,9% à 2,8% sa prévision de croissance pour 2017.

Pour Samsung, l'impact réel de la débâcle qui affecte son activité la plus connue du grand public en Europe, n'est pas évident à évaluer. Le conglomérat consolide plusieurs autres activités phares : l'électronique grand public (machine à laver, réfrigérateurs, téléviseurs, climatiseurs...) et les composants électroniques (semi-conducteurs et dalles pour écran).

Samsung pratique des ristournes pour retenir ses clients déçus

Samsung, après le fiasco du Galaxy Note 7, tente de conserver sa clientèle en offrant aux utilisateurs de cette "phablette" ratée une ristourne, s'ils acceptent de reprendre un smatphone de la marque sud-coréenne. Dans les enseignes Samsung en Corée, les propriétaires de Note 7 ont un choix binaire: obtenir un remboursement complet ou échanger l'appareil contre un autre modèle de la marque. Ceux qui optaient pour la première solution recevaient un bon d'achat de 30.000 wons (24 euros). Ceux qui choisissaient de rester client de la marque sud-coréenne recevaient en plus une ristourne de 70.000 wons (56 euros).

Frédéric Bergé avec AFP