BFM Business

L'homme qui dit avoir eu l'idée de Snapchat a touché le pactole pour s'effacer

-

- - Snapchat - Montage BFM Business

Alors que Snap Inc s'apprête à entrer en bourse, les comptes de l'entreprise révèlent que près de 158 millions de dollars ont été versés à Reggie Brown, un des trois créateurs qui avait été écarté en 2013.

Il ne sera pas milliardaire mais il n'est pas à plaindre pour autant. Alors que Snap Inc vient de publier ses comptes avant sa prochaine introduction en bourse, on apprend que la start-up a versé 158 millions de dollars à un certain Frank Reginald Brown (Reggie), entre 2014 et 2016.

Mais qui est ce Reggie Brown à qui Snapchat a versé l'équivalent de 3 fois son chiffre d'affaires de 2015 (58,7 millions de dollars)? Tout simplement un des 3 co-créateurs de l'application lancée en 2011. Car si de Snapchat on connaît surtout Evan Spiegel et Bobby Murphy, toujours à la tête de la société, il y avait au départ un troisième homme dans le projet. Reggie Brown a connu les deux autres à l'université de Stanford. Les trois compères ont eu l'idée de créer l'application après un fait divers très médiatisé aux États-Unis: la publication de photographies et de textos à caractère sexuel échangés par un élu démocrate new-yorkais avec des femmes. Ils ont alors l'idée d'une application qui permettrait d'envoyer des messages qui s'effacent au bout de quelques secondes. 

500 millions de dollars réclamés

Et c'est justement Reggie Brown qui assure avoir eu l'idée du concept. C'est ce qu'il affirmait dans une déposition en 2013 après avoir porté plainte contre les deux co-créateurs. Une affirmation démentie par l'entourage d'Evan Spiegel. En février 2013, Brown a donc réclamé un tiers des parts de Snapchat estimant avoir été injustement écarté. S'il faisait effectivement partie d'une première entité, Spiegel et Murphy ont créé par la suite une autre société -Snap- dans laquelle eux seuls étaient actionnaires. Une compagnie aujourd'hui valorisée 20 milliards de dollars mais qui en valait 1,5 milliard en 2013. Brown a donc réclamé 500 millions de dollars avant donc de transiger à 157,5 milliards de dollars. C'est ce qu'on apprend dans le document d'introduction en bourse publié par Snap:

"En février 2013, une personne a intenté une action contre nous, notre entité précédente et deux de nos dirigeants [...] alléguant que nous utilisions certains droits de propriété intellectuelle que cette personne possédait conjointement avec nos fondateurs. En septembre 2014, les parties ont conclu un accord qui a réglé toutes les réclamations entre les parties."

Snapchat/Facebook, même combat

50 millions de dollars ont été versés à Brown en 2014 puis 107,5 millions en 2016. Une charge lourde pour une société qui a réalisé 404,5 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2016 et enregistré 514,6 millions de dollars de pertes. Depuis, Reggie Brown a disparu de la circulation. Sa page LinkedIn a même été effacée ces derniers jours. Quelques rares photos de lui circulent sur internet comme celle-ci où les trois créateurs de Snapchat sont réunis (Brown à gauche, Murphy au centre, Spiegel à droite).

-
- © -

Une mésaventure qui rappelle furieusement celle de Facebook avec les frères Winklevoss ou encore Eduardo Saverin. Les premiers, eux aussi des camarades de fac, qui estimaient être les vrais inspirateurs du site ont transigé avec Facebook et ont reçu la somme de 65 millions de dollars. Le second, ancien ami de Zuckerberg, a lui été écarté de l'entreprise après la dilution de sa part dans le capital. Là encore, un accord a été trouvé. Très avantageux pour ce dernier puisqu'il possède 53 millions d'actions Facebook, soit une fortune de 7,7 milliards de dollars. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco