BFM Business

L'Etat ne veut pas d'une fusion entre deux opérateurs télécoms

Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l'Economie numérique, a de nouveau exclu une fusion entre deux des qutre opérateurs télécoms.

Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l'Economie numérique, a de nouveau exclu une fusion entre deux des qutre opérateurs télécoms. - -

Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l’Économie numérique, a rappelé, ce 16 janvier, ce choix par le risque de "casse sociale" qu'une fusion pourrait provoquer.

L'Etat campe sur ses positions. Le gouvernement français a de nouveau exclu, jeudi 16 janvier, une fusion entre deux opérateurs télécoms. Et ce alors que le secteur des télécoms a vu ses revenus et ses marges reculer depuis deux ans, en raison notamment d'une concurrence accrue provoquée par l'arrivée de Free sur le marché du mobile.

"Nous avons aujourd'hui un marché à quatre acteurs, nous souhaitons qu'il fonctionne avec ces quatre acteurs dans des conditions qui soient favorables à l'investissement et à l'emploi", a déclaré Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l'Economie numérique, lors de ses voeux à la presse.

"Une consolidation entre deux acteurs serait nécessairement synonyme d'un certain nombre de doublons. Qui dit doublon dit casse sociale et ça n'est pas une perspective qui enchanterait le gouvernement", a-t-elle ajouté. "Pour l'instant il n'en est pas question."

Une mission sur la transformation numérique de l'économie

En outre, Fleur Pellerin a fait savoir qu'une mission sur la transformation numérique de l'économie avait été confiée à Philippe Lemoine, président de LaSer (crédit consommation).

Dans son rapport de mission qui sera rendu public en juillet prochain, ce dernier est appelé à "formuler des recommandations d'actions" en matière d'investissements, de formation, d'innovation ou de réglementation.

Egalement président de la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING), il collaborera avec un groupe d'experts, le Conseil général de l'économie, la Direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services (DGCIS) et de la Direction générale du Trésor.

Y. D. avec Reuters