BFM Business

L'Apple Watch n'aura bientôt plus besoin de l'iPhone

Apple incorporera une puce 4G dans le prochain modèle de sa montre connectée lancé fin 2017, assure Bloomberg. Une façon de relancer les ventes de l'Apple Watch en la libérant de sa dépendance à l'iPhone.

Son lien (sans fil) de dépendance avec l'iPhone est-il l'une des raisons qui expliquent les ventes décevantes de la montre connectée d'Apple? On peut le penser si l'information révélée par Bloomberg est avérée. Selon l'agence de presse américaine, citant des sources anonymes, la -ou l'une des- nouvelle(s) version(s) de l'Apple Watch n'aur(a)ont plus besoin de l'iPhone pour fonctionner.

Cette future montre, attendue pour la fin de 2017, incorporera un modem permettant sa connexion aux réseaux 4G d'opérateurs alors qu'elle dépend actuellement de l'iPhone pour être connectée à haut débit. La puce télécom serait conçue et fournie par Intel qui équipe déjà certains des derniers modèles d'iPhone lancés en 2016.

Ainsi dotée, l'Apple Watch ne serait plus un appendice de l'iPhone avec lequel elle doit aujourd'hui impérativement être jumelée par Bluetooth pour accéder aux réseaux mobiles des opérateurs. En revanche, Apple devra résoudre l'équation technique de l'autonomie de la batterie de sa future montre, la connexion 4G étant réputée gourmande.

Douée de fonctions télécoms, l'Apple Watch pourrait séduire une nouvelle clientèle en devenant un objet connecté à part entière, permettant de passer des appels téléphoniques ou de télécharger de la musique ou des sons en streaming. Dans cette optique, Apple aurait déjà noué des contacts avec des opérateurs européens et américains pour qu'il commercialise la future montre compatible 4G, toujours selon Bloomberg.

Lors de la présentation des résultats du troisième trimestre 2017, Tim Cook avait précisé que les ventes de l'Appe Watch avait augmenté de 50% même si contrairement à l'iPhone ou à l'iPad, le constructeur ne communique aucun résultat détaillé de ses ventes de montre, pas plus en volume qu'en valeur. Une montre-bracelet connectée autonome lui permettrait de mieux répondre à la concurrence des pure players du marché comme Fitbit.

Frédéric Bergé