BFM Business

Kodak brade ses brevets

Kodak vend ses brevets à 500 millions de dollars au lieu des 2,6 milliards qu'il espérait

Kodak vend ses brevets à 500 millions de dollars au lieu des 2,6 milliards qu'il espérait - -

Le spécialiste de la photo, en difficulté financière, ne récupèrera "que" 500 millions de dollars pour la vente de ses brevets. Loin des 2 milliards attendus.

Kodak a officiellement un repreneur pour ses brevets. Le spécialiste de la photo, en faillite depuis le début de l'année, va retirer 500 millions de dollars de la vente d'une partie de son portefeuille de brevets à deux sociétés, RPX et Intellectual Ventures, derrière lesquelles se cachent des géants de la high-tech comme Apple, Google ou Microsoft. 500 millions de dollars, beaucoup moins que ce qui était attendu.

Kodak est en fait obligé de brader ses bijoux de famille. 525 millions de dollars pour un portefeuille de 1100 brevets, loin, très loin des plus de deux milliards qu'espérait le groupe. Pourtant sur le papier, tout était réuni pour faire grimper les enchères.

Des brevets sur les technologies qu'on trouve dans les smartphones

D'abord, parce que ces brevets concernent des technologies clé, qui permettent de capturer une image et de la stocker, et qu'on retrouve aujourd'hui dans les smartphones et les tablettes. Surtout, les brevets sont devenus un actif stratégique dans la guerre que se livrent les géants de la high-tech. De quoi faire flamber les prix. Au moins en théorie. Finalement, Google, Microsoft, Facebook, Samsung, ou encore Apple, quelques-uns des groupes qui se cachent derrière ce rachat, n'auront pas eu à se saigner.

Quoi qu'il en soit, cet argent, c'est une bouffée d'oxygène pour ce vénérable ancêtre de la photographie qu'est Kodak. 500 millions de dollars, c'était le minimum à atteindre pour assurer au groupe une nouvelle ligne de financement de 830 millions de dollars, qui pourrait lui permettre au final de sortir du Chapter 11, la faillite américaine.

Anthony Morel