BFM Business

Jean-David Chamboredon: l'affaire Dailymotion "envoie un épouvantable message"

Jean-David Chamboredon a évoqué "un tohu-bohu"

Jean-David Chamboredon a évoqué "un tohu-bohu" - -

Le président exécutif d'ISAI Capital et cofondateur des pigeons, était l'invité de BFM Business, ce jeudi 2 mai. Revenant sur l'affaire Dailymotion, il a évoqué un tohu-bohu médiatique extrêmement mauvais pour la France.

Jean-David Chamboredon n'a guère apprécié les déclarations d'Arnaud Montebourg dans le dossier Dailymotion. Le ministre du Redressement productif est intervenu pour empêcher le rachat du site français par le géant américain Yahoo, en accord avec Pierre Moscovici. Ce que ce dernier a ensuite nié, provoquant un joli couac gouvernemental.

Invité dans l'émission Le Grand Journal de BFM Business, ce jeudi 2 mai, Jean-David Chamboredon, a d'emblée affirmé "être très choqué sur la forme".

"Que ce soit un ministre qui intervienne là-dedans, c'est épouvantable en terme de message envoyé à l'extérieur de la France. Les investisseurs étrangers ne vont plus venir en France, et vont se dire qu'ils ne sont pas libres d'investir", a-t-il détaillé.

Le cofondateur des pigeons a estimé que le gouvernement aurait pu faire entendre sa voix d'une autre façon: "le Conseil d'administration de France Télécom aurait dû décider, l'Etat y est présent , il aurait pu convaincre ou exercer son droit de veto, s'il en a un".

Mais s'il fallait dire non à Dailymotion, "il aurait alors fallu le faire dans la discrétion et non pas avec ce tohu-bohu médiatique extrêmement mauvais pour la France".

Yahoo: "la meilleure solution" pour Dailymotion

Jean David-Chamboredon a par ailleurs estimé que "la solution Yahoo était sans doute la meilleure pour Dailymotion", étant donné que le site français avait besoin d'"un partenaire marketing internet qui a accès aux annonceurs et déploie une couverture mondiale. Les bons candidats ne courent pas les rues".

Revenant, ensuite, sur les déclarations de François Hollande, prononcées en clôture des assise de l'entrepreneuriat, il a jugé qu'il s'agissait d'un discours "assez inédit pour un président vis à vis des entrepreneurs".

Il a toutefois regretté que François Hollande qualifie l'épisode "pigeons" de l'automne dernier de simple "malentendu". "C'est un peu léger", a-t-il jugé.

> A lire également:

- Dailymotion: Moscovici désavoue Montebourg

- Dailymotion-Yahoo: les enjeux d'un rapprochement raté

Julien Marion