BFM Business

Intel veut mettre sur les routes ses 100 premiers véhicules autonomes

Les PDG d'Intel, BMW et Mobileye lors de la signature du partenariat liant leurs trois entreprises en 2016.

Les PDG d'Intel, BMW et Mobileye lors de la signature du partenariat liant leurs trois entreprises en 2016. - Christof Stache - AFP

Le géant américain des puces informatiques souhaite faire circuler, d'ici la fin de l'année, une flotte de 100 voitures autonomes en conditions réelles de circulation.

Intel réaffirme son ambition d'être l'un des leaders des véhicules sans chauffeur. Au lendemain de l'acquisition de la société israélienne Mobileye, (spécialisée dans les systèmes anti-collisions) pour un montant de 15 milliards de dollars, Intel a annoncé qu'il allait tester, avant fin 2017, ses voitures entièrement autonomes en Europe, en Israël et aux États-Unis. La flotte expérimentale pourrait être composée de plus de 100 véhicules.

Constituer une flotte "de voitures et les tester en conditions réelles permettront d'avoir un retour d'expérience immédiat tout en accélérant la mise en oeuvre de nouvelles technologies pour des voitures complètement autonomes", a commenté Amnon Shashua, cofondateur de Mobileye, qui dirige l'entreprise pour le compte d'Intel.

"Notre objectif est de développer la technologie des voitures sans chauffeur et de la déployer partout", a-t-il ajouté. Intel, qui n'a pas indiqué avec quel constructeur automobile il s'associe pour cette diversification, testera une flotte de voitures différentes s'appuyant sur l'expertise de Mobileye en matière de détection, de cartographie et de pistage à distance.

La bataille des constructeur est lancée

Nombre de constructeurs automobiles et de sociétés technologiques concentrent leurs efforts depuis quelques années sur le développement de voitures sans chauffeur en s'appuyant sur des logiciels permettant d'éviter les accidents.

Apple teste actuellement sa technologie en Californie. Le constructeur allemand de voitures de luxe Daimler et l'équipementier automobile Bosch ont ainsi annoncé en avril un projet commun pour construire des véhicules pleinement autonomes dans un environnement urbain "au début de la prochaine décennie".

De son côté, le constructeur américain Tesla se targue que tous ses modèles sont équipés d'un logiciel leur permettant d'être autonomes afin d'être prêts en cas de feu vert à l'utilisation de la technologie. Le loueur de voitures américain Avis Budget s'est pour sa part allié à Waymo (Google) pour mener des tests de véhicules autonomes sur les routes de l'Arizona (sud-ouest).

Les autorités californiennes ont par ailleurs déjà délivré des permis de tests sur leurs routes à 34 entreprises.

A.M. avec AFP