BFM Business

Gemalto va faire souffler un vent nouveau sur le CAC40 en remplaçant Alcatel Lucent

Contrairement à Alcatel-Lucent, Gemalto était sur une forme ascendante sur les marchés financiers

Contrairement à Alcatel-Lucent, Gemalto était sur une forme ascendante sur les marchés financiers - -

NYSE Euronext a annoncé,ce jeudi 6 décembre, l'entrée de cette entreprise de carte à puces à la place d’Alcatel Lucent. Cette décision marque l'arrivée d’une jeune entreprise technologique sur le CAC40.

Après PSA, une autre valeur historique va quitter le CAC40. Ce jeudi 6 décembre, l’opérateur boursier NYSE Euronext a annoncé que l’équipementier télécom Alcatel Lucent devra céder sa place au sein de l’indice phare de la place parisienne au fabricant de cartes à puces Gemalto. Plus précisément, le remplacement aura lieu le 24 décembre prochain.

Cette décision était très attendue par plusieurs analystes, compte tenu des difficultés boursières d'Alcatel Lucent et du dynamisme de Gemalto. Elle marque également l’arrivée sur le CAC40 d’une jeune société ancrée dans les nouvelles technologies, secteur encore peu représenté dans un indice qui compte surtout des entreprises anciennes.

"L'entrée de Gemalto est la plus logique pour remplacer Alcatel car c'est une valeur technologique. Le groupe opère sur un segment porteur et occupe une position de leader dans plusieurs domaines, à la différence d'Alcatel", commente Max Kamir, vendeur actions chez Louis Capital Markets.

L’entreprise, née en 2006 de la fusion avec Gemplus et Axalto, s'est, en effet, imposée comme un leader mondial des solutions de sécurité numérique, réalisant un chiffre d’affaires de plus de deux milliards d’euros. Ses bons résultats lui ont valu d'être récompensée lors des BFM Awards, dans la catégorie performance boursière.

Alcatel-Lucent, la cible idéale

De l’autre côté, Alcatel Lucent avait tout de la cible idéale, pour quitter le CAC40.L’équipementier télécom a engagé un nouveau plan de restructuration prévoyant près de 5 500 suppressions de postes dans le monde, connaît de lourds problèmes de trésorerie, et a essuyé des pertes à répétition.

"PSA a été sorti sur des critères de liquidités et de capitalisation, il est normal qu'Alcatel sorte pour les mêmes raisons", commente Frédéric Jamet, directeur de la gestion chez State Street Global Advisors France.

Il faut dire que, justement, au niveau de la capitalisation boursière, la comparaison est cinglante. A la clôture de la Bourse de Paris, ce jeudi soir, Alcatel Lucent pesait un peu plus de 2 milliards d'euros en Bourse contre 6,5 milliards pour Gemalto.

Ce dernier est sur une forme ascendante: depuis le 1er janvier, son titre en Bourse a presque doublé, contrairement à Alcatel Lucent qui a perdu près de 27%.

Julien Marion et agences