BFM Business

Gemalto prend sa revanche dans la biométrie

Gemalto renforce son offre biométrique pour les autorités régaliennes (systèmes de contrôles aux frontières) et les entreprises (transactions en ligne ou contrôle physique d'accès aux locaux).

Gemalto renforce son offre biométrique pour les autorités régaliennes (systèmes de contrôles aux frontières) et les entreprises (transactions en ligne ou contrôle physique d'accès aux locaux). - 3M Governement Security

L'industriel français de la sécurité numérique va acquérir les activités de biométrie du groupe américain 3M, pour 850 millions de dollars (790 millions d'euros). Une revanche pour Gemalto qui avait échoué à racheter la filiale biométrie de Safran vendue à son rival Oberthur.

C'est une petite revanche pour Gemalto, l'un des spécialistes français de la sécurité numérique. N'ayant pas été choisi en septembre 2016 par Safran qui mettait en vente sa filiale biométrie, il a traversé l'Atlantique pour se renforcer dans ce domaine. Il va reprendre à 3M sa filiale spécialisée dans les systèmes biométriques et ses activités dans les lecteurs de documents sécurisés et autres films adhésifs spéciaux pour plastifier les pièces d'identité.

L'acquisition évaluée à 850 millions de dollars (790 millions d'euros) devrait être bouclée au cours du premier semestre 2017. Elle sera financée par la société française, en puisant dans ses liquidités et en utilisant des lignes de crédit existantes.

Les activités rachetées forment la division "Identity management" (gestion d'identité) de 3M. Elles offrent aux autorités gouvernementales et aux entreprises des solutions de biométrie, notamment des lecteurs d'empreinte digitale et des logiciels incluant des algorithmes sophistiqués, permettant la vérification des identités des individus. Gemalto récupérera en tout environ 450 experts hautement qualifiés, souligne l'acquéreur.

Le groupe américain avait lui-même racheté Cogent en 2010 pour un peu moins d'un milliard de dollars à l'époque.

Le chiffre d'affaires annuel de cette activité est d'environ 215 millions de dollars, pour un bénéfice opérationnel de 58 millions, précise encore Gemalto. Une fois l'acquisition bouclée, l'activité gestion d'identité de 3M rejoindra la branche "Programmes gouvernementaux" de Gemalto, qui a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 391 millions d'euros.

Cette transaction devrait non seulement permettre au groupe français de renforcer sa gamme de technologies biométriques pour les autorités régaliennes (comme les systèmes de contrôle des passagers aux frontières), mais aussi de se développer sur le segment commercial et professionnel des systèmes de contrôle d'accès en entreprise.

Gemalto précise que l'opération améliorera son bénéfice net par action ajusté (c'est-à-dire hors éléments exceptionnels), et ce dès la première année, et que les activités acquises devraient "croître en moyenne annuelle de 10% générant une marge d'Ebitda (excédent brut d'exploitation, ndlr) supérieure à 20% en 2020". Enfin, l'acquéreur assure qu'il conservera une structure financière solide après ce rachat, avec un ratio dette nette sur Ebitda inférieur à 1,5.

Les aéroports de Paris commandent 87 nouveaux sas automatisés à Gemalto

Le spécialiste français de la sécurité numérique fournit 87 sas de contrôle automatisés des passeports à Paris Aéroport (groupe ADP), afin de fluidifier et sécuriser le flux de passagers à Roissy et Orly. Ces sas Coesys ABC (Automated Border Control) comparent instantanément l'empreinte de l'index à celle enregistrée sur un passeport biométrique. La moitié, soit 47 sas, seront opérationnels dès l'an prochain. Ces équipements remplaceront et complèteront les 37 sas actuels des aéroports parisiens, déployés depuis 2009 dans le cadre du programme PARAFE (Passage automatisé rapide aux frontières extérieures). La technologie de reconnaissance faciale des sas Coesys ne sera en revanche pas utilisée immédiatement.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco