BFM Business

Financement participatif: la France devance l'Allemagne

Sur 154 millions d'euros levés en 2014, 80 millions l'ont été par les plates-formes de prêt à la consommation aux particuliers ("peer-to-peer consumer lending") dont le principal représentant est le site Prêt d'union

Sur 154 millions d'euros levés en 2014, 80 millions l'ont été par les plates-formes de prêt à la consommation aux particuliers ("peer-to-peer consumer lending") dont le principal représentant est le site Prêt d'union - Prêt d'union.fr

Avec 154 millions d’euros levés en 2014, la France domine le marché du financement participatif en Europe continentale. Mais elle arrive loin derrière le Royaume-Uni.

Même si on est loin des performances américaines, le financement participatif connaît une belle croissance en Europe. En 2014, selon une étude publiée par l’université de Cambridge et le cabinet EY, il a permis aux porteurs de projets de glaner 2,95 milliards d’euros, soit une hausse vertigineuse de 144 % en un an. Des chiffres qui viennent confirmer le succès des diverses plates-formes en ligne permettant aux internautes de financer des projets et des entreprises grâce à des dons, des prêts ou par la prise de participation au capital de start-up. 

Mais la vraie surprise de cette étude, c'est la position de la France dans ce nouveau mode de financement. Les Français occupent en effet la première place en Europe continentale avec 154 millions d'euros collectés en 2014 et 33 plate-formes étudiées, devant l'Allemagne (140 millions et 31 plates-formes). Certes, on est encore loin des performances réalisées par le "crowdfunding" au Royaume-Uni. A eux seuls, les Britanniques ont "misé" 2,33 milliards d'euros l'an passé, soit 78 % des fonds collectés en Europe. C’est aussi outre-Manche que la progression des fonds collectés est la plus forte (+ 168% sur un an) avec un nombre de plate-forme plus élevés qu'ailleurs, 65 recensés par l'étude.

Au Royaume-Uni, le paysage est dominé par des plates-formes spécialisées dans les prêts aux PME, "peer to peer business lending" (998 millions d’euros) et aux consommateurs, "peer to peer consumer lending" (752 millions d’euros). 

En France, les prêts participatifs à la consommation dominent

En France, sur les 154 millions d'euros collectés, 80 millions d'euros sont issus des prêts aux consommateurs, essentiellement issus de la plate-forme participative de crédit à la consommation aux particuliers, Prêt d'Union. Le reste est représenté par les plates-formes de financement de projet ("reward based crowdfunding) avec 35 millions d'euros levés et 18,9 millions d'euros pour les plates-formes de financement avec prise de participation au capital ("equity based crowdfunding").

L'étude souligne le dynamisme du marché français, stimulé par le nouveau cadre juridique adopté en octobre 2014 par le gouvernement. Entre octobre 2014 et janvier 2015, pas moins de 20 nouvelles plates-formes de prêt pour entreprises ou consommateurs ("peer to peer lending") auraient été créées.

En Allemagne (où 140 millions d’euros ont été levés en 2014), les plates-formes de prêt à la consommation dominent aussi le marché avec 80 millions d'euros collectés.

Pour l'année en cours, l'étude anticipe une collecte de 7 milliards d’euros en Europe, par toutes les plates-formes de financement participatif, soit plus qu'un doublement en valeur par rapport à 2014.

Frédéric Bergé