BFM Business

Facebook admet un problème, mais dément une attaque de Lizard Squad

-

- - -

Panique sur Facebook. Le site était indisponible pendant près d’une heure ce matin. le réseau social dément avoir été victime d'une cyberattaque. Il s’agirait d’un problème technique "rapidement résolu".

L’inquiétude a gagné la toile dès les premières heures de la journée. Et pour cause, Facebook, le réseau social le plus fréquenté de la planète avec 1,3 milliard d’utilisateurs, a été "fortement perturbé" pendant 50 minutes entre 7 et 8 heures. Et avec lui, Instagram, le service de partage d’images qui fait parti de la galaxie de Mark Zuckerberg.

Rapidement, dans un communiqué, un porte-parole du groupe est intervenu pour démentir la rumeur d’une cyberattaque qui circulait sur Internet. D’autant que le groupe de hackers, Lizard Squad, a publié sur Twitter un message ambigu qui pouvait laisser croire qu’ils étaient à l’origine de cette coupure: "Facebook, Instagram, Tinder, AIM, Hipchat #offline #LizardSquad"?

Dans son communiqué, Facebook nie en bloc. "Beaucoup de personnes ont eu du mal à accéder à Facebook et Instagram. Cela ne résultait pas d'une attaque de tiers, mais s'est produit après l'introduction d'un changement qui a affecté nos systèmes de configuration", a indiqué le site en ajoutant que "le problème a été rapidement résolu". Facebook ne donne pas plus de détail.

Lizard Squad, l'ennemi public n° 1 ?

Depuis plusieurs semaines, Lizard Squad se met en tête d’affiche dès qu’un problème survient sur la toile. Lundi, ce groupe a déjà revendiqué la cyberattaque du site de la Malaysia Arlines. Mais le fait d’armes qu’il met en avant reste celle qui a touché le serveur Xbox Live de Microsoft et le Play Station Network de Sony en décembre dernier.

À ce jour, rien ne dément ou ne confirme que les lézards sont les auteurs si ce n’est des tweets. Mais le groupe menace de mettre en ligne les données volées lors de ces piratages. Pour le moment, il ne l’a pas fait.

Qui se cache derrière ce nom ? Pour les uns, c'est un groupe de jeunes hackers désireux de se faire un nom en s’attaquant aux plateformes les plus fréquentées (réseaux sociaux, sites de jeux…). Pour d’autres, un groupe de spécialistes surentraînés aux motifs politiques ou économiques.

Ce que l’on sait, c’est que Lizard Squad dispose d’un compte Twitter depuis 2010 pour revendiquer des attaques. En décembre dernier, l’un des membres a été interviewé par le Washington Post. Il affirmait que les membres sont majoritairement des Européens.

Mais, à l’instar des Anonymous, n’importe qui peut se revendiquer de Lizard Squad après une attaque. On a pu le constater récemment avec les difficultés rencontrées par PayPal. La seule chose certaine est que cette nébuleuse commence à inquiéter les autorités internationales.

Pascal Samama