BFM Business

En signant avec Warner Music, Spotify s'ouvre la voie de l'entrée en Bourse

Le partenariat conclu entre Warner et Spotify intervient après la signature de nouveaux contrats avec Universal et Sony.

Le partenariat conclu entre Warner et Spotify intervient après la signature de nouveaux contrats avec Universal et Sony. - Toru Yamanaka-AFP

Le numéro un mondial du streaming musical a des accords avec les principaux labels de musique: Warner, Sony, Universal. Ayant renégocié à la baisse ce qu'il leur reverse au titre des droits, il peut envisager son entrée en Bourse.

Après deux années de négociations souvent difficiles, Spotify s'est accordé avec Warner Music. Ce partenariat de long terme, dont aucun détail n'a été divulgué et qui a été annoncé sur les réseaux sociaux (cf tweet, ci-dessous), met fin à des contrats de court terme qui permettait au numéro un mondial du streaming de musique, forte de ses 60 millions d'abonnés payants, d'avoir accès au catalogue musical de ce label, précise le quotidien anglais Financial Times.

Cet accord achève une série de renégociations avec les plus grands labels musicaux de la planète : Sony et Universal, notamment. Pour Spotify, l'enjeu a consisté à réduire la part de ce qu'il reverse aux grands éditeurs de musique au titre des droits et qui "plombe" notoirement ses comptes. En 2016, si ses revenus sont augmenté de 50% jusqu'à atteindre 2,9 milliards d'euros, ses pertes nettes ont doublé. Pire, depuis sa création, en 2006, le groupe n'a encore jamais dégagé de bénéfice net.

Dans le cadre de ses renégociations de contrat avec Universal Music et Sony Music, Spotify a réduit de 55% à 52% la part qu'il leur rétrocède sur chaque dollar de revenu engrangé.

En contrepartie, la société d'origine suédoise a accepté que les labels retardent les sorties de nouveaux albums sur son service de streaming gratuit, en les réservant aux seuls abonnés payants pendant quelques semaines.

Toutes les hypothèques qui pesaient sur son avenir sont donc désormais levées pour que Spotify accélère son entrée en Bourse, annoncée de longue date, constamment différée et toujours pas programmée à ce jour.

Frédéric Bergé