BFM Business

Comment les opérateurs télécoms ont augmenté leurs tarifs durant l'été

Bouygues, Orange et SFR ont profité des vacances estivales pour augmenter (un peu) les tarifs de certains de leurs forfaits.

Bouygues, Orange et SFR ont profité des vacances estivales pour augmenter (un peu) les tarifs de certains de leurs forfaits. - Philippe Hughen-AFP

Trois des principaux opérateurs, Orange, SFR et Bouygues Telecom, ont augmenté le prix de certains de leurs forfaits mobiles ou fixes, ou via des options "alléchantes" parfois. Décryptage de l'UFC-Que Choisir.

Pendant que la plupart de leurs clients étaient en vacances, les opérateurs télécoms en ont profité pour revoir à la hausse certains de leurs tarifs. C'est la mise en garde adressée par UFC-Que Choisir, quelques jours après celle de 60 millions, aux consommateurs: "Si vous êtes un client SFR, Bouygues ou Orange, vous feriez mieux de changer vos habitudes et, pour une fois, regarder de près votre prochaine facture. Ces trois opérateurs ont en effet profité des vacances estivales pour augmenter le prix des abonnements d’une partie de leurs clients" explique l'association.

Tous les clients de ces opérateurs ne sont pas forcément concernés mais mieux vaut être prévenu. Chez Bouygues Telecom, on utilise un procédé classique. Il consiste à facturer en supplément les frais mensuels de location de la box internet Miami, qui étaient jusque là inclus. Cela ajoute 3 euros en plus chaque mois sur la facture pour les abonnés à cette offre fixe.

Pour SFR, une option baptisée Privilège est "proposée" pour accéder à nouveaux contenus dont la chaîne Altice Studio, lancée le 22 août dernier. Mais, elle relève le prix des offres fixes ou mobiles de 2 à 5 euros par mois, laquelle option, en l'absence de résiliation, s'applique. Enfin, chez Orange, le prix de l'offre fixe Découverte Internet passe de 21 à 24,99 euros (+3,99 euros/mois) et celui du forfait mobile Mini de 14,99 à 16,99 euros (+2 euros/mois) sous ouvert d'une extension de l'enveloppe dédiée à l'internet mobile (enrichie à 5 Go).

Des courriels peu explicites sur les hausses de prix

Si les opérateurs ont tout à fait le droit de modifier à la fois le contenu et le prix de leurs forfaits, ils sont tenus d'en informer leurs clients. L'association de défense des consommateurs met en garde contre les courriels envoyés durant l'été 2017, censés prévenir des hausses à venir mais souvent peu explicites à ce sujet. 

"Chez SFR, la plupart des clients ont découvert l’existence d'une option "Privilège" par un simple mail présentant le contenu de l’offre et son prix (3 ou 5 €/mois selon les cas). Rien, en revanche, n’indiquait clairement que, sans réaction de leur part, le prix de cette option apparaîtrait sur leur prochaine facture" explique UFC-Que Choisir. Quant l'email de Bouygues, il annonçait principalement la possibilité d’accéder à des dizaines de journaux et magazines sur smartphone ou tablette" souligne l'association de consommateurs.

Savoir faire jouer la concurrence en profitant de promotions

Heureusement, les clients disposent d'un peu de temps pour contester ces hausses en résiliant éventuellement leur abonnement. Conformément à l’article L. 224-33 du code de la consommation, ils ont quatre mois à partir du changement de tarif pour résilier leur abonnement sans frais. En revanche, "au-delà de cette période, la modification sera considérée comme acceptée par le client" rappelle l'association.

"Les consommateurs peuvent profiter de l’occasion pour faire jouer la concurrence. Rejoindre un nouvel opérateur permet souvent de bénéficier des tarifs promotionnels accessibles uniquement aux nouveaux abonnés" souligne-t-on chez 60 millions de consommateurs.

Frédéric Bergé