BFM Business

Cette start-up permet aux restaurants de trouver un extra en deux clics

HelloExtra est commercialisé sous forme d'abonnement auprès des restaurateurs

HelloExtra est commercialisé sous forme d'abonnement auprès des restaurateurs - Frank Perry

Quand un restaurateur a besoin de compléter ses effectifs, c'est bien souvent dans l'urgence. Difficile dans ce cas de passer par les petites annonces. L'application HelloExtra permet aux serveurs ou cuistots, et à leurs employeurs de ne plus se contenter du bouche-à-oreille.

Tinder continue d'inspirer les créateurs d'applis dédiées au recrutement. Le jury du Food-Tech Challenge, initié par l'institut Paul Bocuse, vient de primer HelloExtra, dédiée au secteur de la restauration. Ce n'est pas la première du genre, mais les professionnels de l'Institut croient en l'avenir de cette jeune start-up. Pour son fondateur tout a commencé par une expérience personnelle. Alors qu'il suivait des études en hôtellerie-restauration, Victor Penhoat effectuait régulièrement des extras dans les restaurants de la région lyonnaise. Mais le panneau de petits annonces installé dans son école n'était pas très pratique, notamment sur la réactivité et la flexibilité. 

La plupart du temps, un restaurateur a besoin de renfort pour le jour même. "En plus, les horaires des restaurateurs ne sont pas compatibles avec ceux des étudiants. Eux, ils peuvent appeler entre deux services, quand les étudiants sont en cours. Et nous, nous sommes libres pour répondre à leur appel quand ils sont en plein coup de feu", commente le jeune homme de 23 ans.

Trier les profils les plus adaptés

D'où l'idée de développer l'application HelloExtra qui permet à ces deux mondes de se rencontrer. Elle a été lancée il y a tout juste une semaine. Le restaurateur dépose une annonce en détaillant la durée de la mission, le profil souhaité (un extra plutôt capable d'œuvrer dans un restaurant gastronomique ou bien dans une brasserie) et un algorithme va faire le tri pour fournir une liste des extras dont le profil correspond. De leur côté, ceux-ci inscrivent leurs disponibilités, leur zone de déplacement, leurs expériences mais aussi la rémunération horaire minimale souhaitée.

-
- © -

Les profils pas fiables désactivés

Autre avantage de l'application: elle permet d'identifier les meilleurs professionnels. Certes, n'importe quelle personne peut proposer ses services. Mais à la fin d'une mission, le restaurateur lui attribue une note. Les mieux notés arrivent en tête de la liste des propositions. "On exerce un contrôle sur les profils qui ne sont pas fiables. Si une personne annule une fois une mission, on peut se dire qu'elle a eu un empêchement. Mais au bout de 3 fois, on bloque son profil et on prend contact avec elle pour demander ce qui s'est passé", détaille Victor Penhoat.

Le service est gratuit pour les extras, mais payant pour les restaurateurs sous forme d'abonnement. Ceux-ci doivent verser 40 euros par mois (HT) pour pouvoir déposer 5 offres de missions par mois, ou encore 90 euros pour 30 offres de missions.

50 restaurateurs lyonnais ont déjà souscrit à un abonnement pour l'année 2017. Victor Penhoat espère en avoir convaincu 1.000 d'ici la fin 2017 et avoir 8.000 extras prêts à travailler. Il privilégie d'abord un développement à Lyon, sa ville d'origine, puis en Rhône-Alpes avant de se lancer dans d'autres grandes villes françaises. 

Coralie Cathelinais