BFM Business

BD: quand les maisons d’édition misent sur les YouTubeurs

Cyprien avec sa BD, Roger et ses humains

Cyprien avec sa BD, Roger et ses humains - Capture d'écran YouTube / Cyprien

Cyprien, Le Rire Jaune, Jhon Rachid... Les YouTubeurs partent à la conquête du 9e Art pour le plus grand bonheur des éditeurs. Tour d'horizon à l'occasion du Salon du Livre 2019.

La BD traverse actuellement une crise. Alors que 5.305 albums ont été publiés en 2016, neuf BD sur dix ne trouvent pas leur public. 53% des auteurs gagnent moins du Smic et 36% vivent sous le seuil de pauvreté. Dans ce contexte, un groupe d’irréductibles YouTubeurs s’est lancé un nouveau défi: conquérir le 9e Art. Cyprien, Jhon Rachid, Rémi Gaillard, le Joueur du Grenier, Emma CakeCup, Dirtybiology, Axolot… Ils ont tous sorti, avec plus ou moins de succès, leur propre album.

Pourquoi? C’est la question à 100 millions d’abonnés. Habitués au monde virtuel, ils se lancent dans cette aventure éditoriale parce que "c’est concret"’, a expliqué au Parisien Emma CakeCup: "Cela prouve que l'on peut faire des choses sérieuses et nous crédibilise…" Pour beaucoup de YouTubeurs, biberonnés aux mangas et aux comics depuis tout petit, c’est aussi une manière de réaliser un rêve d’enfant.

C’est le cas pour Kevin Tran, alias Le Rire Jaune. En sixième, ce fan d’One Piece et de Dr. Slump dessinait pendant ses cours tout en se promettant de devenir mangaka. En 2016, il a sorti le premier tome de son manga Ki & Hi (Michel Lafon). Cyprien a sorti de son côté en 2015 Roger et ses humains (Dupuis). Tout en planchant sur la suite (prévue pour la fin de l’année), le vidéaste caresse toujours le rêve de dessiner intégralement un album.

Des BD écrites par des YouTubeurs
Des BD écrites par des YouTubeurs © Jungle / Kantik / Delcourt / Dupuis / Hugo & Cie / Michel Lafon

Le succès du Rire Jaune et de Cyprien

Au-delà des rêves d’artistes, c’est aussi une stratégie commerciale payante pour les éditeurs. Le succès des albums n’est plus à démontrer. Le tome 1 de Ki & Hi s’est vendu à 300.000 exemplaires et s’est hissé en septième position des meilleures ventes tous livres confondus lors de sa première semaine d’exploitation. Le deuxième tome s’est écoulé à 150.000 exemplaires à l’automne dernier. Un tirage de 150.000 exemplaires est prévu pour le troisième volet, attendu pour mai. Dupuis a écoulé de son côté entre 140.000 et 170.000 exemplaires de Roger et ses humains.

Sans atteindre ces sommets, le premier tome de la BD du Joueur du Grenier, publié chez Hugo et Cie, s’est vendue à 25.000 exemplaires. Un bon score pour une maison qui se présente comme un "outsider du marché". Les ventes ont ensuite chuté, passant de 15.000 pour le second tome à 10.000 puis 7.000 pour le troisième et quatrième.

Les YouTubeurs scientifiques fonctionnent bien aussi. Le tome 1 d’Axolot, BD inspirée de la chaîne YouTube du même nom, s’est vendu à 32.000 exemplaires. Les tomes suivants ont continué de fédérer les fans, mais les ventes ont décliné (17.000 pour le T2, 11.500 pour le T3 et 9000 pour le T4). Dirtybiology, autre YouTubeur scientifique édité par Delcourt, a vendu quant à lui 10.000 exemplaires de son album sorti en novembre dernier.

Le profil idéal pour être scénariste de BD

Pour les éditeurs, les YouTubeurs ont le profil pour devenir auteur de BD. Ils ont une fanbase, très active. Ils savent manier l’humour et le rythme. Ils sont également rompus à l’exercice de l’écriture et savent condenser une idée pour aller au plus vite. C’est pour cette raison que Dupuis, la maison de Spirou et de Gaston Lagaffe, a démarché Cyprien, explique son éditrice Elisa Renouil:

"Le projet est né d’une réflexion commune à pas mal d’éditeurs tout genre confondu. D’un côté, les ados sont plus sur Internet qu’en train de lire et de découvrir de nouveaux créateurs. De l’autre, ceux qui savent parler aux ados et gérer l’humour actuel s’expriment plutôt sur des plateformes vidéos que dans des livres. On est parti à la recherche de ces auteurs".

En 2016, c’est avec un état d'esprit idée similaire que le département BD de Michel Lafon a été lancé. Depuis plusieurs années, la maison d’édition, qui a également publié des livres de Natoo et de Kemar, possède "un droit de préférence avec un producteur de Youtubeurs, une sorte de partenariat", explique Laetitia Lehmann, responsable éditoriale de Michel Lafon: "Dès qu’un Youtubeur a un projet éditorial, il le soumet à Michel Lafon et on voit ensemble si on le fait ou pas".

“Je veux construire du solide”

Tous les projets, bien entendu, ne sont pas acceptés: "Quand on signe un projet, on se demande si ce n’est pas un projet de plus, pourquoi il a sa place sur le marché et si on l’offrirait", indique Laetitia Lehmann: "Il ne s’agit pas de publier à tour de bras des projets éditoriaux avec des YouTubeurs, mais ceux qui ont de vrais projets d’auteurs". Que ce soit Le Rire Jaune, Jhon Rachid ou encore les gamers Laink et Terracid, "Ils sont tous arrivés avec des envies", précise la responsable éditoriale. "Ils n’ont pas besoin de faire un livre pour vivre. Quand ils passent du temps pour en faire un, c’est qu’ils en ont envie".

Le succès des YouTubeurs soutient évidemment la prise de risque des éditeurs: "Si ça peut financer de la création, ramener les enfants et les adolescents à la lecture, je trouve que c’est formidable", poursuit Laetitia Lehmann. Parmi la quinzaine de titres édités par Michel Lafon chaque année figurent de grands noms de la littérature comme Jay Asher (13 Reasons Why) ou Catel. Les YouTubeurs sont minoritaires et ne bénéficient d’aucun traitement de faveur pour la rémunération. Comme pour tous les auteurs, leur salaire s’évalue en fonction du tirage et du potentiel de vente.

Chez les YouTubeurs, la volonté de créer une œuvre, et non pas un produit marketing, est évidemment présente. "Je sais qu’avec mon nom je peux vendre n’importe quoi. Mais ça ne m’intéresse pas. Je veux construire du solide", a déclaré dans L’Obs Le Rire Jaune. Jhon Rachid prépare pour Michel Lafon "une autofiction sur sa success story". Dirtybiology, alias Léo Grasset, s'est lancé sur un projet très ambitieux pour la collection Octopus de Delcourt: raconter la grande aventure du sexe. Au programme: l'invention des pénis et la sexualité des champignons. 

Des albums dessinés par les fans

Du côté des éditeurs, il n’est pas question de brider les YouTubeurs. Selon Elisa Renouil, travailler avec Cyprien n’est pas si différent que de travailler avec un auteur de BD traditionnel: "Ce qui a changé par rapport à mon travail habituel d’éditrice, c’est la réception des lecteurs: on a touché avec ce livre plein de jeunes qui lisent peu de BD".

Les BD des YouTubeurs sont imaginées avant tout pour leurs fans. Certaines sont même conçues par leurs fans. Ki & Hi a été dessiné par Fanny Antigny. Fan du Rire Jaune, elle lui a envoyé un jour une illustration inspirée par ses sketchs. C’est ainsi que le vidéaste l’a repéré et lui a proposé de donner vie à Ki & Hi. Les quatre tomes de la BD du Joueur du Grenier ont eux aussi été dessinés par un fan, PirateSourcil, qui a contacté le vidéaste et lui a soumis le projet de raconter sur un ton potache sa jeunesse.

Pour leur BD, prévue avant l’été chez Michel Lafon, Laink et Terracid ont pu enfin s’appuyer sur le talent de l’illustratrice Chully Bunny. Fan de la première heure, elle leur a créé près de 150 personnages pour leur chaîne YouTube. Ce sera des gags en une planche. Laink et Terracid ne sont pas à leur premier coup d’essai: une BD non officielle existe déjà. Au-delà d’une stratégie marketing, c’est aussi une nouvelle manière d’envisager la BD qui s’impose peu à peu, pensée par et pour les fans.

Jérôme Lachasse