BFM Business

Axelle Tessandier, la militante qui a lâché sa start-up pour Macron

Axelle Tessandier a annoncé le soir du 23 avril l'arrivée d'Emmanuel Macron, à la tribune, à la porte de Versailles, pour son premier discours de candidat qualifié pour le 2ème tour de l'élection présidentielle.

Axelle Tessandier a annoncé le soir du 23 avril l'arrivée d'Emmanuel Macron, à la tribune, à la porte de Versailles, pour son premier discours de candidat qualifié pour le 2ème tour de l'élection présidentielle. - -

Entrepreneuse du numérique, Axelle Tessandier est l'une des neuf délégués nationaux d'En Marche! Elle joue un rôle très actif dans la campagne du candidat. Et milite aussi pour le rééquilibrage en faveur des femmes dans la high tech, qui reste dominée par les hommes.

Dimanche 23 avril au soir à la porte de Versailles, Axelle Tessandier fut l'une des rares à monter à la tribune pour faire patienter les militants, juste avant que le leader d'En Marche! tienne son premier discours de "qualifié" pour le second tour. Une forme de reconnaissance pour cette représentante de la société civile, spécialiste et entrepreneuse du numérique.

Depuis qu'elle fait partie des neuf délégués nationaux du mouvement d'Emmanuel Macron, Axelle Tessandier a toutefois dû mettre en sommeil sa société de conseil en management et de communication numérique, AXL Agency, pour "être à 150% avec l’équipe du candidat à l'Élysée", de son propre aveu. "Je suis la seule employée de mon entreprise et il m'était devenu impossible de mener les deux de front" explique-t-elle.

Ayant passé plus de cinq ans dans la Silicon Valley, elle soutient toutes les propositions du candidat dans le numérique même si son rôle de déléguée nationale "n'est pas thématique" précise-t-elle. "J'étais la semaine dernière à Romans dans la Drôme pour visiter des entreprises du territoire avant de participer à une réunion publique" insiste-t-telle.

Dans le numérique, elle fait particulièrement siennes les priorités accordées à la couverture en très haut débit de l'Hexagone ou l'objectif fixé pour 2022 de pouvoir effectuer 100% des démarches administratives par Internet.

Mais le combat qui lui tient peut-être le plus à coeur, c'est la parité homme-femme dans le secteur de la high tech. "Les femmes qui s'investissent dans le numérique souffrent d'un manque de mentorat et de références féminines, de role models" souligne la déléguée nationale d'En Marche! Et de citer la création de l'incubateur Paris Pionnières où elle intervient comme experte. Installée au coeur de la capitale dans le quartier du Sentier, cette structure impose la présence d'une femme dirigeante et entrepreneuse dans chaque projet de création d'entreprise soutenu.

"Je ne comprends pas que, quand on combat une inégalité, comme celui de la parité homme-femme, on ne les attaque pas toutes. L'innovation est impossible dans un entre soi. Si on se ressemble tous, si on a tous la même formation ou le même âge comment innover?" expliquait-elle il y a près d'un an sur l'antenne de BFMBusiness. Une prise de position déjà très politique...

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco