BFM Business

Axa part à l’assaut de la maison connectée

Axa s'intéresse notamment à Home, un dispositif de vidéo surveillance proposé par Withings.

Axa s'intéresse notamment à Home, un dispositif de vidéo surveillance proposé par Withings. - Withings

L’assureur est en pourparlers avec plusieurs fabricants d’objets connectés dont MyFox et Withings pour équiper nos domiciles de caméras de surveillance et autres détecteurs d’intrusion. Objectif : devenir le hub de la maison intelligente.

Après Allianz qui s’est associé à Google pour proposer le détecteur de fumée et de monoxyde de carbone de sa filiale Nest aux particuliers qui souscrivent un contrat d’assurance habitation, Axa s’apprête à son tour à investir le créneau de la maison connectée.

Présente ce mardi 20 janvier au congrès Web2Business, Amélie Oudéa-Castéra, directrice marketing, service et digital chez Axa France, a indiqué que l’assureur était en négociations avancées avec un certain nombre de fabricants d’objets connectés. Dont plusieurs startups françaises qui se sont illustrées au dernier CES de Las Vegas.

Sur le volet sécurité, Axa a approché MyFox qui commercialise un capteur à même de détecter toute tentative d’intrusion avant même que la porte ou la fenêtre ne cède sous les coups des cambrioleurs. Société nantaise prometteuse, Kiwatch propose, elle, des caméras de vidéosurveillance sans fil fonctionnant en wifi. L’alerte est donnée par SMS ou e-mail. Home, un autre dispositif de vidéosurveillance proposé cette fois par Withings, intéresse également Axa.

Axa veut devenir incontournable

Dans le domaine de l’éclairage connecté, Axa est en contact avec Philips pour ses ampoules connectées de la gamme Hue et Orange pour sa prise intelligente My Plug. Cette dernière permet de contrôler à distance tout appareil électrique, comme une lampe, mais aussi d'être prévenu en cas de coupure de courant.

Avec ces différents partenariats, Axa veut devenir incontournable de la maison intelligente, en rassemblant sous forme de plateforme ouverte, de "hub", ces différents objets connectés. Une application mobile devrait permettre de les piloter à partir d'une interface unique. Amélie Oudéa-Castéra observe une énorme appétence pour ces objets qui préviennent les risques d’incendie ou d’inondation, la fuite de gaz ou le vol. "Il y a un alignement d'intérêts entre les assurés et l’assureur qui couvre ces risques. Après les fournisseurs d'énergie, les assureurs sont considérés comme légitimes à proposer ce type de services.

" Ces offres seront couplées à Axa Assistance, le service d’intervention d’urgence de l’assureur, afin de lever un doute à distance ou dépêcher quelqu’un sur place en cas d’alerte. Au risque que ce système qui a besoin de données personnelles pour fonctionner soit perçu comme intrusif? "Il faut travailler sur les conditions générales d’utilisation mais aussi offrir la possibilité d’activer ou désactiver les services à tout moment", avance Amélie Oudéa-Castéra.

Un sujet qui sera peut-être évoqué lors de de l’hackathon sur l’internet des objets qu’organise Microsoft le week-end prochain, et dont Axa est partenaire.

La guerre des box de domotique 2.0 a commencé

Axa n’est pas le seul à investir ce créneau de la domotique 2.0. En Italie, Cardif, filiale assurance du groupe BNP Paribas, intègre une box dans son contrat d’assurance habitation. Baptisée Habit@t, elle permet grâce à ses capteurs de détecter un incendie, une inondation, une coupure de courant et de déclencher une alarme voire d'appeler une centrale d’intervention. Par exemple, si le dégât des eaux est confirmé, un plombier se rendra sur les lieux.

D’autres acteurs se positionnent. Somfy, le spécialiste des volets roulants, propose une box et une plateforme web qui accueille de nombreux partenaires dont Velux, Hitachi, De Dietrich, GDF Suez et plus récemment Philips. La Poste, via sa filiale Docapost, est également sur les rangs avec une première offre de télésurveillance avec Archos. L’établissement public va aussi tester dans quelques jours une solution d’accès connecté qui permet aux particuliers comme aux professionnels de gérer les entrées et sorties de leur domicile ou de leur entreprise.

Xavier Biseul