BFM Business

Aucun rebond à prévoir pour les ventes d’iPhone avant 2017

Pour Foxconn, qui assemble 70% de la production mondiale d’iPhone, la baisse des ventes se traduit déjà par une baisse de 5,5% de son chiffre d’affaires.

Pour Foxconn, qui assemble 70% de la production mondiale d’iPhone, la baisse des ventes se traduit déjà par une baisse de 5,5% de son chiffre d’affaires. - Jacques Demarthon - AFP

"Le patron du groupe taïwanais, Foxconn, principal sous-traitant d'Apple, en aurait fait la confidence à ses salariés. La baisse des ventes d'iPhone va se poursuivre jusqu'au lancement de l'iPhone 8 en janvier prochain."

"La demande pour les iPhone restera faible au moins jusqu'au début de l'année prochaine". Cette information n’a pas été livrée par Tim Cook lors de la WWDC. C’est Terry Gou, président de Hon Hai Precision Industry, que l’on connaît mieux sous le nom de Foxconn, qui aurait prévenu son personnel d’un risque de baisse de production. Ces propos, qui n’ont pas été confirmés par Hon Hai, ont été révélés au Nikkei Asian Review (NAR) par une "source" anonyme.

Le patron des usines chargées par Apple d'assembler l’iPhone prévoit que la baisse des ventes va se poursuivre plus longtemps que ne l’espère Tim Cook. Et la marque à la pomme connaîtra donc en 2016 la première baisse annuelle des ventes de son produit star. Selon la source du NAR, les ventes pourraient chuter de 8,6% par rapport à 2015, année au cours de laquelle Apple a commercialisé 231 millions d’iPhone.

En attendant l'iPhone 8, Apple devra faire le dos rond

Cette chute serait plutôt contenue puisque Jeff Pu, analyste chez Yuanta Investment Consulting, estime, lui, que la production tombera de 12% à 207 millions d'unités. L’iPhone 7, qui devrait être présenté en septembre n’y fera rien. Pour les analystes, il n’offrirait pas suffisamment d’innovations. Il faudra certainement attendre l’iPhone 8 en janvier 2017 pour relancer la machine.

Pour Foxconn, qui assemble 70% de la production mondiale d’iPhone, ce déclin provisoire va se traduire par une baisse de chiffre d’affaires qui a déjà commencé. Entre janvier et mai, elle aurait déjà atteint 5,5%.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco