BFM Business

Attentat, catastrophe... En zone dangereuse, vous serez bientôt alerté par SMS

L'atout d'un système d'alerte par SMS en cas d'attaque terroriste et de catastrophe, est de s'adresser au plus grand nombre de mobiles.

L'atout d'un système d'alerte par SMS en cas d'attaque terroriste et de catastrophe, est de s'adresser au plus grand nombre de mobiles. - Rosla Rahman-AFP

L'Europe a adopté le principe d'un système d'alerte instantanée des populations sur téléphone mobile en cas d'attaque terroriste ou de catastrophe naturelle. Les États membres auront 18 mois pour mettre en place ce dispositif après sa transposition en directive européenne.

L'Europe veut renforcer la protection de ses citoyens grâce aux téléphones mobiles. Les députés européens ont adopté le principe d'un "système de 112 inversé" qui permettra de garantir que chacun soit alerté via son téléphone mobile en cas d’urgence ou de désastre majeur ou imminent comme une attaque terroriste ou une catastrophe naturelle ou nucléaire.

Cette initiative fait référence au "112", numéro court d'urgence qui peut être appelé dans toute l'UE pour joindre les pompiers, les urgences médicales ou la police.

L'envoi massif de SMS concerne tous les mobiles du marché

Les institutions de l'UE veulent établir un système de transmission des avertissements publics sur les téléphones mobiles en élargissant les communications d'urgence aux SMS. Son principe consiste à envoyer des vagues de SMS à partir des réseaux d’opérateurs, en ciblant tous les téléphones mobiles situés dans les zones en alerte. Son intérêt est "d'arroser" toute la population équipée de mobiles (2G compris), y compris les modèles les plus simples (pas seulement les smartphones 3G et 4G) qu'utilisent encore de nombreuses personnes.

Les États membres auront 18 mois pour mettre en place ce dispositif après la transposition en directive européenne. Cette décision fait partie d'un accord plus large sur un paquet de mesures dans les télécoms, conclu dans la nuit de mardi 5 à mercredi 6 juin entre les négociateurs du Parlement européen et les 28 États de l'UE.

Les Pays-Bas ont été pionniers dans le monde

Un tel système d'alerte instantanée des populations existe depuis novembre 2012 aux Pays-Bas, premier pays au monde à avoir mis en place un tel dispositif, afin de prévenir aussi bien les inondations que les attentats.

A contrario, en France, fin mai 2018, le gouvernement a décidé de mettre fin, à cause d'une série de bugs, à l'application d'alerte attentat SAIP pour smartphone, destinée à informer la population via les réseaux sociaux et mise en place après les attaques de 2015.

En attendant que les autorités françaises mettent en place un système généralisé d'alertes par SMS, en cas d’attentat ou d'événement exceptionnel, l'État a notamment établi un partenariat avec Facebook, afin de pouvoir tirer parti du dispositif Safety Check de la multinationale. En marge de son alliance avec Facebook, le gouvernement vient d'activer un compte Twitter baptisé @Beauvau_Alerte, toujours dans le but d’informer la population en cas d’événement majeur.

Frédéric Bergé