BFM Business

Après Google, Microsoft et Apple, le fisc viserait Facebook

Facebook a fait l'objet d'une perquisition dans ses locaux parisiens, l'été dernier.

Facebook a fait l'objet d'une perquisition dans ses locaux parisiens, l'été dernier. - -

Selon le site de L'Expansion, l'administration fiscale française chercherait à recalculer le montant de l'impôt dû par le groupe américain.

Le fisc français continue sa traque, et les grands groupes américains pourraient bien en avoir pour leurs frais. Après Google, Microsoft, Apple, et Amazon, c'est au tour de Facebook de se retrouver dans la ligne de mire de l'administration fiscale française. Selon le site de L'Expansion, une perquisition menée par la Direction nationale des enquêtes fiscales et des Douanes a eu lieu cet été, au siège parisien du groupe. Et ce dans le but de saisir des documents en rapport avec l'impôt sur les sociétés et la TVA que Facebook aurait "oublié" de payer en France.

Facebook "prend ses obligations fiscales très au sérieux"

La société dirigée par Marc Zuckerberg pourrait donc subir le même sort que le site américain Amazon, auquel le fisc réclame près de 200 millions d'euros. Et ce alors qu'il n'a payé que 3,3 millions d'euros d'impôts en 2011, comme l'a révélé en exclusivité BFMbusiness.com.

Mais Facebook se défend d'entraver la loi, par la voix d'une de ses porte-parole, citée par L'Expansion: " Facebook prend ses obligations fiscales très au sérieux. En France, comme dans chacun des pays dans lesquels la société est implantée, elle respecte ses obligations fiscales et travaille avec les autorités compétentes afin de s'assurer que l'entreprise est en conformité avec la loi ".

BFMbusiness.com