BFM Business

Apple: le nouveau directeur financier va-t-il davantage gâter les actionnaires?

Apple avait subi des pressions pour accoître ses rachats d'actions.

Apple avait subi des pressions pour accoître ses rachats d'actions. - -

Le géant californien a officiellement annoncé, mardi 4 février, la nomination de Luca Maestri au poste de directeur financier. Ce quinquagénaire italien est, selon les médias américains, connu pour chouchouter les actionnaires.

Les actionnaires d'Apple risquent bien d'y gagner au change. Mardi 4 février, le groupe à la pomme a annoncé la nomination de Luca Maestri comme nouveau directeur financier. Agé de 50 ans et diplôme des universités de Rome et de Boston, il remplacera à partir du mois de septembre Peter Oppenheimer, qui occupait cette fonction depuis 10 ans.

Luca Maestri avait été recruté l'an dernier dans l'optique de prendre ce poste. Il était auparavant directeur financier de Xerox. Ce qui est loin d'être anodin.

En effet,le Wall Street Journal rappelle que les actionnaires de Xerox ont été particulièrement gâtés lorsque l'Italien pilotait les finances du groupe. Les rachats d'actions, qui ont mécaniquement pour effet de faire monter les cours de Bourse, sont ainsi passés de 700 millions de dollars à 1,1 milliard de dollars en deux ans.

"Il se soucie énormément des actionnaires"

"Il se soucie énormément des actionnaires dans le sens où il s'assure que leur retour sur investissement est équilibré, que ce soit en dividendes ou en rachats d'action. Il était très bon sur ce point lorsqu'il était à Xerox", explique Maggie Wilderotter, une ancienne collègue de Maestri, cité par le Wall Street Journal.

Comme le note Ben Reitzes, un analyste de Barclays cité par le Financial Times, Maestri est "un champion du retour sur investissement pour les actionnaires". Il "devrait ainsi favoriser davantage de rachats d'actions", estime l'analyste.

Un nouveau signe d'apaisement

Apple a donc choisi de nommer un argentier qui a pour habitude de chouchouter les actionnaires. Ce qui peut être perçu comme un geste d'apaisement supplémentaire à l'égard de ses propriétaires.

Il y a plusieurs mois, Carl Icahn, un actionnaire activiste réputé pour forcer les entreprises à se plier à sa volonté, avait mis la pression sur Apple pour que le groupe accentue son programme de rachats d'actions, avant d'indiquer, le 10 février dernier, avoir stoppé ses revendications.

Le milliardaire notait alors, dans une lettre, qu'Apple était "en bonne voie pour racheter 32 milliards de dollars de ses propres titres sur l'ensemble de 2014".

En avril 2013, Tim Cook, patron d'Apple, avait déjà cédé à la pression, en annonçant un programme de redistribution de 100 milliards de dollars aux actionnaires, prévoyant surtout 60 milliards de rachats d'actions. Pendant des années Steve Jobs avait refusé de faire un geste envers les actionnaires d'Apple.

Julien Marion