BFM Business

Amazon investit 4 milliards de dollars pour protéger ses employés, une douche froide pour ses actionnaires 

Le géant du commerce en ligne n'affichera aucun profit d'avril à juin, a annoncé jeudi son patron, Jeff Bezos, qui a prévu de dépenser l'intégralité des quelque 4 milliards de dollars de bénéfice opérationnel dans la protection de ses employés et la création d'une infrastructure de tests pour lutter contre le coronavirus.

"Si vous êtes actionnaire d'Amazon, je vous invite à vous asseoir, parce que nous avons de grandes ambitions". Tels sont les propos de Jeff Bezos qui figurent dans le communiqué de résultats du premier trimestre publié jeudi.

Le mastodonte du commerce en ligne a en effet décidé que les 4 milliards que l'entreprise va accumuler au printemps serviront à financer des équipements de protection, à mieux nettoyer les entrepôts et centres logistiques, à mettre en place la distanciation sociale, à mieux payer les employés en bas de l'échelle et à développer une infrastructure de test du virus.

En tant que leader du commerce en ligne aux Etats-Unis et ailleurs, sans compter son activité de cloud (informatique à distance), Amazon se positionne comme un acteur clef du "Grand confinement".

Le groupe a déjà embauché 175.000 personnes supplémentaires dans ses entrepôts américains pour faire face à la demande accrue, et paie 2 dollars/livres/euros de plus par heure cette catégorie de salariés.

75,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires

Au premier trimestre, le géant du e-commerce a engrangé 75,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires, en hausse de 26% sur un an, mais son bénéfice net a chuté de 29% à 2,5 milliards.

Pour le deuxième trimestre, il prévoit une augmentation des ventes comprise entre 18 et 28%, soit des revenus entre 75 et 81 milliards de dollars.

"Il y a beaucoup d'incertitudes dans le monde en ce moment et le meilleur investissement que nous puissions réaliser porte sur la sécurité et le bien-être de nos centaines de milliers d'employés", a justifié Jeff Bezos.

"J'ai confiance en nos actionnaires qui s'intéressent au long-terme. Ils comprendront et approuverons notre approche. A vrai dire, ils n'en attendent pas moins de nous."

Sa décision a été sanctionnée en Bourse, où son titre perdait quelque 5% lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street.

Entre polémique et mouvements sociaux

Ces dernières semaines la société de Seattle a fait face à des mouvements sociaux épars, aux Etats-Unis et en Europe, de la part d'employés qui réclamaient de meilleurs protections et conditions de travail.

En France, Amazon a par ailleurs suspendu l'activité de ses centres de distribution jusqu'au 5 mai après une décision de justice lui imposant d'évaluer les risques liés à la pandémie.

JCH avec AFP